vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Sécheresse en Australie : plus de 5 000 dromadaires sauvages abattus

Publié le

Des tireurs à bord d'hélicoptères ont abattu plus de 5 000 dromadaires sauvages en Australie lors d'une campagne visant à réduire la menace que ces animaux constituent pour la population dans le contexte de la sécheresse qui sévit dans l'intérieur du pays, ont annoncé mardi les autorités.

Publié le 14/01/2020 à 10:38 - Mise à jour le 14/01/2020 à 10:59
Lecture 2 minutes

Des tireurs à bord d'hélicoptères ont abattu plus de 5 000 dromadaires sauvages en Australie lors d'une campagne visant à réduire la menace que ces animaux constituent pour la population dans le contexte de la sécheresse qui sévit dans l'intérieur du pays, ont annoncé mardi les autorités.

Des responsables locaux de l’État d’Australie-méridionale avaient affirmé que des troupeaux « extrêmement importants », en quête d’eau et de nourriture, s’approchaient de plus en plus des zones habitées, menaçant les réserves de ces villages en plus de provoquer des dégâts et de constituer un danger pour les automobilistes.

L’immense île-continent a vécu en 2019 son année la plus chaude et sèche, ce qui a non seulement entraîné de dramatiques feux de forêt qui font toujours rage dans certaines régions, mais aussi des pénuries d’eau dans nombre de localités.

Lire aussi > Australie : les feux de forêt pourraient être fatals à certaines espèces

Cette campagne d’abattage de cinq jours a pris fin dimanche dans les territoires de l’Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara (APY), vaste zone d’administration locale (LGA) gérée par les aborigènes dans l’extrême nord-ouest de l’Australie-méridionale, a précisé Richard King, directeur général des territoires de l’APY, où vivent environ 2 300 personnes.

« Nous comprenons les préoccupations des défenseurs de la cause animale, mais il y a beaucoup de désinformation quant aux réalités de la vie pour les animaux sauvages non endémiques, dans un des endroits les plus arides et reculés de la Terre », a déclaré King dans son communiqué. « En temps que gardiens de cette terre, nous devons gérer une espèce nuisible qui a été introduite de façon à protéger les précieuses réserves d’eau pour les populations et protéger en priorité la vie de tout le monde, y compris des jeunes enfants, des personnes âgées, et de la flore et de la faune indigènes. »

King a expliqué que des dromadaires affaiblis se retrouvaient souvent piégés dans des puits au point d’y mourir, contaminant des réserves d’eau précieuses pour les habitants et la faune sauvage.

« La sécheresse qui dure, qui n’est pas difficile à gérer pour la faune indigène, génère des situations de grave détresse pour les dromadaires sauvages », a-t-il dit.

Des responsables de l’APY ont précisé que plus de 5 000 dromadaires avaient été abattus.

Les dromadaires ont été introduits en Australie dans les années 1840 par les colons, qui les utilisaient pour l’exploration ou pour transporter des marchandises et des biens, avant la construction de lignes de chemin de fer.

Environ 20 000 bêtes furent importées d’Inde en une soixantaine d’années.

Évoluant en liberté dans l’arrière-pays (l’Outback) et sans prédateur naturel, ils se sont reproduits et sont considérés comme un nuisible qui contamine les sources d’eau et met en péril des zones fragiles ainsi que la faune et la flore indigènes.

L’Australie serait désormais le pays comptant la plus vaste population de dromadaires sauvages au monde, avec certaines estimations officielles faisant état d’un million de bêtes dans les étendues désertiques du centre.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV