vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Samoa : le pays sans prison (ou presque)

Publié le

Publié le 18/07/2016 à 12:39 - Mise à jour le 18/07/2016 à 12:39
Lecture 2 minutes

Vendredi, le Samoan Lautiiti Tualima sera jugé pour avoir violé, en septembre dernier, une touriste australienne sous les yeux de son compagnon ligoté près d’elle. Il sera très probablement condamné à effectuer une peine de prison, reste que cela ne l’empêchera pas de commettre d’autres méfaits. 

En effet la prison de Tafaigata aux Samoa est une vieille bâtisse, située dans un quartier résidentiel, et qui ne possède ni clôture ni barbelés, tout juste un muret. Les détenus peuvent donc, à leur guise, franchir la porte du jardin et prendre la poudre d’escampette. C’est déjà la méthode qu’avait employée Lautiiti Tualima lorsqu’il s’était évadé avant d’agresser sexuellement la touriste australienne.

Après le viol, il avait été remis en prison et avait été passé à tabac par ses codétenus. Il s’était alors tenu tranquille pendant quelques mois, avant de s’évader à nouveau. Au mois d’avril 2016, il a gravement blessé un homme d’affaires chinois à coups de machette. 
 
Il y a quelques semaines, alors qu’un autre détenu samoan, évadé l’an dernier, venait d’être interpelé en Australie, les médias australiens ont vivement déconseillé aux touristes de se rendre aux Samoa.

Selon nos confrères de Radio New Zealand, le gouvernement samoan a approuvé la construction d’une nouvelle prison, plus sécurisée et plus éloignée des quartiers résidentiels. En attendant, la vieille prison restera sans clôture et sans rénovation. Les élus se veulent, néanmoins, rassurants et indiquent que leur pays reste une destination paisible.
 

Rédaction web

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu