jeudi 24 septembre 2020
A VOIR

|

Retraites : deux motions de censure pour le gouvernement, accusé de « fiasco »

Publié le

Accusé sur sa droite comme sur sa gauche d'un "fiasco" sur les retraites, Edouard Philippe, confronté mardi à deux motions de censure à l'Assemblée, a dénoncé les "combines procédurales" ayant conduit au recours à l'arme du 49-3 sur cette réforme "ambitieuse".

Publié le 03/03/2020 à 11:25 - Mise à jour le 03/03/2020 à 12:01
Lecture 3 minutes

Accusé sur sa droite comme sur sa gauche d'un "fiasco" sur les retraites, Edouard Philippe, confronté mardi à deux motions de censure à l'Assemblée, a dénoncé les "combines procédurales" ayant conduit au recours à l'arme du 49-3 sur cette réforme "ambitieuse".

Après 13 jours d’un parcours hors norme à l’Assemblée en première lecture pour ce projet emblématique visant à créer un système « universel » par points, le Premier ministre avait signé samedi la fin de la partie avec le recours surprise à cet outil constitutionnel permettant de faire adopter le texte sans vote.

Aussitôt, LR et les trois groupes de gauche -PS, PCF et LFI- ont déposé des motions, qui feront l’objet d’un vote tard dans la soirée, seules les voix favorables étant recensées. 

Dans un hémicycle pas comble, le chef de file des députés LR Damien Abad a défendu la première, pointant un « fiasco parlementaire sans précédent » sur une réforme qui fera des Français les « grands perdants »

Au nom des groupes de gauche, le communiste André Chassaigne a fustigé dans la foulée un « désastre démocratique », après le recours à l’arme « funeste » du 49-3 qui « parachève la chronique du fiasco annoncé de cette réforme ».

« Vous avez fracturé le pays », a renchéri la socialiste Valérie Rabault, tandis que Jean-Luc Mélenchon (LFI) a taclé un 49-3 « décidé sournoisement », promettant la poursuite d’une « guérilla populaire et parlementaire, pacifique »

Opposé aux motions, Jean-Christophe Lagarde (UDI-Agir) a pour sa part regretté le « spectacle lamentable » donné par l’Assemblée. « Pourquoi n’avons nous pas pris un mois de plus ? » a demandé Philippe Vigier (Libertés et Territoires).

« Nous avons fait cent fois le tour de la loi », a jugé Patrick Mignola (MoDem), tandis que Gilles Le Gendre (LREM) a lancé sous des huées à la gauche de la gauche à l’origine de milliers d’amendements : « le 49-3, c’est vous ! ».

Après ces interventions contrastées, à l’image des débats depuis deux semaines, le Premier ministre a donné calmement la réplique, insistant sur une réforme de « justice sociale » : « ceux qui défendent le statu quo (…) racontent bien trop souvent des calembredaines ».

Récusant tout « coup de force », il a observé qu’il aurait fallu « 8 semaines », week-end compris, pour arriver au bout. Avoir une minorité qui « bloque systématiquement les questions de fond » n’est pas à l' »honneur du débat parlementaire », a ajouté Edouard Philippe.

Rappelant les amendements retenus in fine par le gouvernement, il a aussi vanté « un texte de compromis », « qui a évolué ».

« 49-3 on n’en veut pas »

Le rejet des motions ne fait aucun doute et va entraîner de facto l’adoption du projet de loi: ni LR avec 104 députés, ni la gauche avec 63 élus, ne peuvent rassembler la majorité de 289 voix requise pour faire chuter le gouvernement.

Mais les opposants à la réforme, mobilisés depuis le 5 décembre, continuent le combat : ils ont manifesté à nouveau mardi à Paris et en province contre ce « passage en force ». Au sein des cortèges clairsemés, les slogans clamaient « Macron traître et retraites » ou « 49-3, on n’en veut pas ». 

La séquence se déroule dans un climat déjà tendu pour l’exécutif, entre nouveau coronavirus et élections municipales. En interne, la majorité est aussi confrontée à un enjeu de cohésion, avec des départs au compte-gouttes qui se poursuivent. 

Lors de la réunion hebdomadaire des députés LREM, Edouard Philippe les a appelés à « rester soudés », évoquant « une période de combat politique très intense ».

Les députés ont encore au menu à partir de mercredi, le projet de loi organique accompagnant la réforme et objet de 1 800 amendements, Gilles Le Gendre jugeant « jouable » son examen d’ici dimanche soir.

La réforme poursuivra ensuite son parcours au Sénat, à majorité de droite, en avril, avant de revenir à l’Assemblée, le gouvernement visant toujours une adoption définitive avant l’été. Entre-temps sont attendues les conclusions de la « conférence de financement », dont la CGT et FO ont claqué la porte. 

À l’instar de Jean-Luc Mélenchon qui ne veut « aucune violence », plusieurs élus ont appelé à ne pas « attiser » les colères, alors que depuis samedi plusieurs permanences et locaux de campagne ont été ciblés, dont ceux du Premier ministre au Havre.

infos coronavirus

Une aide financière de 450 millions de Fcfp accordée à Air Tahiti

Le Pays a accordé une aide financière d’un montant de 450 millions de Fcfp, pour compenser une partie du déficit global de la SA Air Tahiti qui permettra de préserver sa pérennité, de sauvegarder ses emplois et de désenclaver les archipels de la Polynésie française.

Les mesures de précaution renforcées dans les maisons de retraite

Aux maisons d'accueil médicalisées "Les Orchidées" à Pirae et Papeete, certains matahiapo sont plus vulnérables que d’autres, notamment les malades d’Alzheimer. Pour préserver ces personnes âgées dans le contexte sanitaire actuel, le personnel tente au mieux de maintenir le lien social malgré la limitation des visites.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV