Plus de mille morts dans un puissant séisme au Maroc

Publié le

Plus de mille personnes ont péri dans un puissant séisme qui a frappé le Maroc dans la nuit de vendredi à samedi, provoquant d'énormes dégâts et semant la panique à Marrakech, haut lieu du tourisme, et plusieurs autres villes, selon un nouveau bilan officiel.

Publié le 09/09/2023 à 7:32 - Mise à jour le 09/09/2023 à 7:55

Plus de mille personnes ont péri dans un puissant séisme qui a frappé le Maroc dans la nuit de vendredi à samedi, provoquant d'énormes dégâts et semant la panique à Marrakech, haut lieu du tourisme, et plusieurs autres villes, selon un nouveau bilan officiel.

La secousse tellurique de magnitude 6,8 a été enregistrée à 23H11 heure locale (22H11 GMT), selon l’Institut de géophysique américain (USGS). Le Centre marocain pour la recherche scientifique et technique (CNRST) a mesuré la magnitude du séisme à 7, précisant que l’épicentre de la secousse se situait dans la province d’Al-Haouz, au sud-ouest de la ville Marrakech, destination très prisée de touristes étrangers.

Le séisme a fait 1.037 morts et 1.204 blessés « dont 721 sont dans un état critique« , a indiqué le ministère de l’Intérieur dans son dernier bilan provisoire publié samedi à 13H00 GMT. Plus de la moitié des morts (542) ont été recensées à Al-Haouz, épicentre du séisme et à Taroudant (321) plus au sud, deux zones rurales montagneuses au coeur du Haut Atlas, a précisé la même source.

« Les opérations de sauvetage se poursuivent et se déroulent dans des bonnes conditions« , a ajouté le ministère. Il s’agit du plus puissant séisme à frapper le royaume à ce jour.

– PUBLICITE –

Des tombes creusées

Dans le village montagneux de Moulay Brahim dans la province d’Al-Haouz, des secouristes étaient à l’oeuvre en milieu de journée, à la recherche de survivants parmi les décombres de maisons effondrées. Non loin de là, des habitants creusent déjà des tombes sur une colline pour enterrer les victimes, selon une équipe de l’AFP sur place.

L’armée marocaine a déployé de son côté « des moyens humains et logistiques importants, aériens et terrestres« , ainsi que des équipes de recherche, de sauvetage, et un hôpital de campagne dans la région d’Al-Haouz, a rapporté l’agence de presse marocaine MAP.

A Marrakech, des Marocains inspectaient samedi, l’air hébété, les dégâts de leur habitation au milieu des tas de gravats, de la poussière et de voitures écrasées par des pierres.

« J’ai pensé qu’une ou plusieurs voitures défonçaient le mur d’enceinte de ma propriété« , raconte à l’AFP Edwige Vilhies, une Française de 70 ans qui vit à Sidi Bouzguia, un village situé à une vingtaine de km au sud de Marrakech, sur la route menant vers la chaîne montagneuse de l’Atlas.

« J’ai été éjecté de mon lit et n’ai pas pu me relever immédiatement tellement les secousses étaient fortes. J’ai cru que c’était un crash d’avion« , confie Bernard Curi, patron d’un hôtel situé dans le même secteur.

Solidarité

Outre Marrakech, la secousse a été ressentie à Rabat, Casablanca, Agadir et Essaouira, semant la panique parmi la population. De nombreuses personnes sont sorties dans les rues de ces villes, craignant l’effondrement de leurs habitations, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux.

« L’endroit où se trouve l’épicentre de ce tremblement et sa puissance nous place devant une situation d’urgence exceptionnelle« , a déclaré à la télévision publique le chargé des opérations de secours à la direction générale de la protection civile, le colonel Hicham Choukri.

Le centre régional de transfusion sanguine à Marrakech a appelé les habitants à se rendre samedi dans ses locaux pour donner leur sang pour les blessés. Le drame a suscité un élan de solidarité dans le monde, plusieurs pays, dont Israël, la France, l’Espagne, l’Italie et les Etats-Unis proposant leur aide.

Dernières news