jeudi 29 septembre 2022
A VOIR

|

Communiqué

“Parler d’une seule voix” pour protéger notre océan : Heremoana s’exprime devant les dirigeants du Pacifique

Publié le

À Honolulu, la seconde journée de la 12e Conférence des dirigeants des îles du Pacifique (PICL) a été consacrée aux relations entre les îles du Pacifique et leurs partenaires, en particulier sur les questions de préservation de l’environnement, de lutte contre le changement climatique, de gestion durable des ressources et de lutte contre la pêche illégale dans le Pacifique.

Publié le 14/09/2022 à 14:20 - Mise à jour le 14/09/2022 à 14:23
Lecture 2 minutes

À Honolulu, la seconde journée de la 12e Conférence des dirigeants des îles du Pacifique (PICL) a été consacrée aux relations entre les îles du Pacifique et leurs partenaires, en particulier sur les questions de préservation de l’environnement, de lutte contre le changement climatique, de gestion durable des ressources et de lutte contre la pêche illégale dans le Pacifique.

Pour commencer la journée, et en marge de la conférence, le ministre de la Culture, de l’Environnement et des Ressources marines, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a participé à une rencontre informelle avec les membres du Forum des Îles du Pacifique.

Cette réunion des leaders, membres du Forum (PIF), a été l’occasion d’échanger sur des sujets importants pour les Pays et Territoires du Pacifique. Ils ont notamment rappelé l’importance du travail de coordination du Forum et qu’il est indispensable que les discussions concernant le Pacifique dans son ensemble associent l’organisation régionale. Cette position commune a été rappelée lors de la rencontre des dirigeants du Pacifique avec la délégation américaine.

Dans l’après-midi, le ministre s’est exprimé sur les priorités de la Polynésie française en rappelant d’abord l’historique des mesures prises en matière de protection et de gestion durable des espèces et des espaces polynésiens puis en réaffirmant l’engagement de développement durable du Pays. Il a ainsi indiqué que « nos actions ont été guidées par notre vision qui place l’être humain au cœur de la protection et de la gestion des océans. Les peuples du Pacifique appartiennent à la terre, à la mer et à l’air. Notre vision est globale et systémique, et (…) s’articule autour de quatre piliers :

  • Mou’a ti’a : la préservation du Cœur de nos îles ;
  • Tai uta : la restauration du lien Terre-Mer ;
  • Tainui ātea : la protection et la gestion durable de notre ZEE ;
  • Te Moana nui o hiva : la construction du Grand Mur Bleu du Pacifique.

Dans le cadre de Te Moana nui o hiva notamment, la Polynésie française souhaite, une fois de plus, réaffirmer l’importance de lutter contre les activités humaines impactantes dans le Pacifique, qu’elles se déroulent à l’intérieur ou à l’extérieur de la ZEE. C’est une position que nous défendons depuis 2013. Fin août, les négociations du BBNJ à New York ont échoué. Nous avons raté l’occasion de porter notre Océan au rang d’Héritage pour nos générations futures ».

Enfin, le ministre s’est à nouveau exprimé sur l’unité des îles du Pacifique en saluant l’ouverture faite par les membres du Forum du Pacifique aux pays non-membres. Il a toutefois regretté de constater que certains pays, la Polynésie française, les Îles Cook, Niue, la Nouvelle-Calédonie ou Tokelau, n’apparaissent pas sur la carte dans les documents publiés par le East-West Center et distribués à l’occasion de cette 12ème Conférence des dirigeants des îles du Pacifique.

Il a ainsi rappelé « qu’il y a longtemps, certains scientifiques ont prétendu que nous étions des Polynésiens, des Mélanésiens, des Micronésiens et des frontières ont été posées sur notre océan. Puis notre histoire a fait de nous des citoyens français, anglais, américains ou chiliens. Cela s’est décidé sans nous, quelque part, très loin du Pacifique et de nos préoccupations. Aujourd’hui, nous voulons parler d’une seule voix parce que nous voulons protéger notre océan, qui est notre patrimoine commun, et nous voulons promouvoir nos cultures en tant que Continent de l’Océan Pacifique. Mais pour moi, ce document reste une vision occidentale du Pacifique ».

infos coronavirus