vendredi 18 septembre 2020
A VOIR

|

Parlement incendié, détenus évadés, émeutes… : les troubles continuent en Papouasie

Publié le

La province indonésienne de Papouasie occidentale a connu mercredi un troisième jour de manifestations qui ont par endroits dégénéré en affrontements, poussant Jakarta à envoyer quelque 1 200 militaires et policiers en renfort.

Publié le 21/08/2019 à 12:00 - Mise à jour le 21/08/2019 à 15:55
Lecture 3 minutes

La province indonésienne de Papouasie occidentale a connu mercredi un troisième jour de manifestations qui ont par endroits dégénéré en affrontements, poussant Jakarta à envoyer quelque 1 200 militaires et policiers en renfort.

Le gouvernement a appelé au retour au calme dans cette région pauvre de l’extrême est de l’Indonésie. Les émeutes ont commencé lundi après l’arrestation pendant le week-end sur l’île de Java de 43 étudiants papous et les injures à caractère raciste dont ils ont été la cible.

Quelque 5 000 personnes ont manifesté mercredi à Timika (sud), où un journaliste de l’AFP a vu des protestataires jeter des pierres vers les fenêtres de l’assemblée locale et tenter de détruire la barrière y donnant accès. La foule n’a été dispersée dans cette ville qu’après des tirs de sommation de la police.

Les médias indonésiens ont fait état de 45 arrestations, dont celles de personnes accusées d’avoir incité à manifester et provoqué des dégâts dans des bâtiments.

250 détenus évadés, le parlement incendié

Des centaines de manifestants ont aussi défilé dans les rues de Sorong et de Fakfak, deux autres localités de cette province. La police a tiré des grenades lacrymogènes à Fakfak pour disperser des protestataires qui ont incendié un marché et détruit des distributeurs automatiques de billets et des magasins.

Le ministre indonésien de l’Intérieur Wiranto (un seul nom) s’est rendu mercredi soir en Papouasie où est également attendu le président Joko Widodo.

Certaines villes de cette région riche en matières premières étaient paralysées mercredi, dont le chef-lieu Manokwari où des émeutiers ont mis le feu lundi à des boutiques et au parlement local. 

Plusieurs policiers ont été blessés, selon les autorités, et des informations non confirmées ont fait état de manifestants blessés.

(Crédit photo : SEVIANTO PAKIDING / AFP)

La police était lancée à la poursuite de plus de 250 détenus qui se sont évadés d’une prison de Sorong incendiée par les émeutiers. « 258 détenus se sont échappés et 5 seulement se sont rendus ce matin », a indiqué la porte-parole locale du ministère de la Justice Marlien Lande. Plusieurs employés de la prison ont été blessés par des jets de pierre alors qu’ils tentaient d’empêcher les évasions, a-t-elle précisé.

Quelque 900 policiers et 300 militaires ont été déployés à Manokwari et à Sorong, ont déclaré mercredi les autorités.

Le porte-parole de la police nationale Muhammad Iqbal a estimé que la situation restait « globalement sous contrôle », précisant les forces de l’ordre n’étaient pas équipées de balles réelles.

Ce déploiement pourrait néanmoins aggraver les tensions, et rendre « les Papous encore plus en colère » a estimé l’avocate Veronica Koman, spécialisée dans la défense des droits de l’homme.

(Crédit photo : SEVIANTO PAKIDING / AFP)

La colère s’est répandue à travers la Papouasie occidentale après des informations sur l’arrestation samedi de 43 étudiants papous par la police à Surabaya, la deuxième plus grande agglomération indonésienne. La police antiémeute a investi un dortoir pour en déloger des étudiants papous qui avaient été accusés d’avoir détruit un drapeau indonésien le jour de la fête de l’Indépendance de l’Indonésie. Les policiers les ont arrêtés et interrogés avant de les libérer.

Parallèlement s’est déroulée une manifestation contre la présence des étudiants papous au cours de laquelle des propos racistes ont fusé.

Le président indonésien Joko Widodo a promis une enquête sur les incidents survenus à Surabaya et devrait se rendre la semaine prochaine dans la province de Papouasie occidentale.

Aujourd’hui divisé en deux provinces, l’ouest de l’île de Nouvelle Guinée, riche en ressources naturelles, est en proie à une rébellion indépendantiste sporadique contre le gouvernement indonésien.

(Crédit photo : Arman Namsa / AFP)

L’Indonésie a pris par la force le contrôle de ce territoire en 1963, l’année ayant suivi le départ des Néerlandais qui en avait fait une colonie, et l’a officiellement annexé en 1969.

De nombreux Papous réclament l’indépendance.

La Papouasie Nouvelle-Guinée, l’autre moitié de la grande île, l’a obtenue en 1975 après avoir appartenu à l’Australie.

infos coronavirus

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV