lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Par crainte de la foudre, SpaceX reporte son premier vol habité à samedi

Publié le

Après une journée de suspense, le premier vol habité de la société américaine SpaceX a été reporté de mercredi à samedi en raison du mauvais temps, alors que deux astronautes de la Nasa étaient déjà installés dans la capsule au sommet de la fusée qui devait les lancer vers la Station spatiale internationale.

Publié le 27/05/2020 à 14:13 - Mise à jour le 27/05/2020 à 14:16
Lecture 3 minutes

Après une journée de suspense, le premier vol habité de la société américaine SpaceX a été reporté de mercredi à samedi en raison du mauvais temps, alors que deux astronautes de la Nasa étaient déjà installés dans la capsule au sommet de la fusée qui devait les lancer vers la Station spatiale internationale.

Watch NASA and SpaceX Launch Astronauts to Space!

Watch history unfold as NASA and SpaceX launch astronauts Robert Behnken and Douglas Hurley to the ISS on Wednesday, May 27. This mission marks the first time since the retirement of the space shuttle in 2011 that humans will fly to the space station from U.S. soil. Set a reminder to tune for joint NASA/SpaceX coverage starting at 12:15 p.m. EDT, with liftoff currently targeted for 4:33 p.m. EDT. 🚀

Posted by NASA – National Aeronautics and Space Administration on Wednesday, May 27, 2020

« Dragon, SpaceX : malheureusement, nous n’allons pas lancer aujourd’hui », a annoncé aux astronautes le directeur du lancement de SpaceX, 17 minutes avant l’heure prévue du décollage au Centre spatial Kennedy en Floride.

« C’était un bel effort de l’équipe, nous comprenons », a répondu l’astronaute Doug Hurley, qui était depuis plus de deux heures à l’intérieur, sanglé dans son siège avec son coéquipier Bob Behnken, au sommet d’une fusée Falcon 9.

Il s’en est fallu de dix minutes pour que le mauvais temps se dissipe, en l’occurrence des orages et de la foudre dans la zone, et la présence d’un épais nuage appelé cumulonimbus pouvant provoquer de la foudre au passage de la fusée, comme c’est arrivé, sans conséquence, aux astronautes d’Apollo 12 en 1969.

Mais la sécurité avant tout, a dit Jim Bridenstine, l’administrateur de la Nasa: « Il y avait trop d’électricité dans l’atmosphère ».

La fenêtre de tir, 16h33, était réduite à cette heure exacte, afin de coordonner l’orbite de Dragon avec celle de l’ISS.

La prochaine tentative aura lieu samedi à 15h22 (19h22 GMT).

« Tout le monde est sûrement un peu déçu », a dit Doug Hurley plus tard, compatissant avec les équipes au sol, qui attendaient ce moment depuis des années.

Bob Behnken et Doug Hurley auraient dû s’amarrer à l’ISS jeudi.

Donald Trump était venu assister en personne à ce que la Nasa appelle l’aube d’une nouvelle ère spatiale, où les Etats-Unis confient au secteur privé le transport de ses astronautes, et retrouvent en même temps l’accès à l’espace qu’ils avaient perdu en 2011 avec l’arrêt des navettes spatiales.

Mais en reportant le vol, SpaceX ne s’est pas attiré les foudres du président américain, qui a tweeté qu’il reviendrait samedi.

Malgré la déception temporaire, cette étape est la concrétisation de 18 ans d’efforts pour SpaceX. 

« C’est un rêve devenu réalité, je ne pensais pas que cela arriverait un jour », a dit avant le lancement prévu Elon Musk, qui a fondé la société avec quelques salariés en 2002 en Californie. 

Avant de monter à bord de la capsule, les astronautes avaient dit au revoir à leurs familles qu’ils pensaient quitter pour plusieurs mois.

À leurs deux jeunes fils, Elon Musk avait promis : « Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour que vos papas reviennent ».

Malgré la pandémie de Covid-19, le vol a été maintenu et des touristes et passionnés s’étaient installés sur les plages du littoral de Floride dont la fameuse Cocoa Beach.

« J’étais là il y a neuf ans avec mon fils pour le dernier lancement d’une navette, j’avais vraiment hâte de sentir à nouveau le sol trembler sous mes pieds », s’est lamentée June Steding, venue d’Orlando.

« Monumental »

Space Exploration Technologies Corp., fondée dans le but de casser les règles du jeu de l’industrie aérospatiale, a gagné pas à pas la confiance de la plus grande agence spatiale de la planète.

Elle était devenue en 2012 la première société privée à amarrer une capsule cargo à l’ISS, qu’elle ravitaille depuis régulièrement. Deux ans plus tard, la Nasa lui commandait la suite: y acheminer ses astronautes, dès « 2017 », en adaptant la capsule Dragon.

« Si cela se passe mal, ce sera de ma faute », a dit Elon Musk sur CBS.

L’agence spatiale a payé plus de trois milliards de dollars pour que SpaceX conçoive, construise, teste et opère sa capsule, réutilisable, pour six futurs allers-retours spatiaux. Le développement a connu des retards, des explosions, des problèmes de parachutes, mais SpaceX a battu le géant Boeing, également payé pour fabriquer une capsule (Starliner), toujours pas prête.

« Une réussite monumentale », a abondé Jim Bridenstine, patron de la Nasa, en rendant hommage à la créativité et à la persévérance de la société, à qui elle confie désormais sa ressource la plus précieuse, ses astronautes. 

Crew Dragon est une capsule comme Apollo, mais version XXIe siècle. Des écrans tactiles ont remplacé boutons et manettes. L’intérieur est dominé par le blanc, l’éclairage plus subtil.

« C’est sûr que tous les pilotes du monde auront plus confiance si vous leur donnez un joystick que si vous leur donnez un iPad! », a plaisanté Thomas Pesquet, l’astronaute français qui pourrait être le premier Européen à voyager à bord du Dragon, en 2021.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Ouverture du 1er Village du Tiurai

Le ministre de la Culture, en charge de l’Artisanat, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a officiellement inauguré, mercredi matin, le 1er Village du Tiurai qui se tiendra du mercredi 8 au samedi 11 juillet, et du mercredi 15 au samedi 18 juillet, de 10 heures à 18 heures, dans les jardins de la Maison de la Culture.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV