mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Outre-mer : un décret réforme les congés bonifiés pour les fonctionnaires

Publié le

Les fonctionnaires ultramarins qui exercent dans l'Hexagone ou dans un autre territoire d'outre-mer que celui où ils ont leurs liens familiaux, auront désormais des congés bonifiés moins nombreux mais plus fréquents, selon un décret paru au Journal officiel.

Publié le 05/07/2020 à 15:17 - Mise à jour le 05/07/2020 à 15:29
Lecture 2 minutes

Les fonctionnaires ultramarins qui exercent dans l'Hexagone ou dans un autre territoire d'outre-mer que celui où ils ont leurs liens familiaux, auront désormais des congés bonifiés moins nombreux mais plus fréquents, selon un décret paru au Journal officiel.

Instaurés en 1978, les congés bonifiés sont des jours de congés particuliers accordés aux magistrats, fonctionnaires et agents publics originaires d’un département d’outre-mer qui travaillent en métropole (35 000 personnes) ou dans un autre département d’outre-mer ou aux fonctionnaires originaires de métropole qui travaillent en Outre-mer. 

Ces congés permettent d’effectuer périodiquement un séjour sur le lieu où le fonctionnaire a ses liens familiaux (dits aussi « centre de ses intérêts moraux et matériels »). Il donnait lieu jusqu’à présent à une majoration de la durée du congé annuel, une prise en charge des frais de voyage du fonctionnaire et des membres de sa famille et au versement d’une indemnité.

Mais Emmanuel Macron avait annoncé en juin 2018 une réforme de ces congés bonifiés pour qu’ils soient moins longs mais plus fréquents.

Le décret daté du 2 juillet mais publié samedi vise ainsi « à moderniser le dispositif des congés bonifiés dans les trois versants de la fonction publique afin d’en permettre un bénéfice plus fréquent en contrepartie d’une diminution de leur durée ».

Alors que ces congés se composaient jusqu’à présent de 65 jours (35 jours de congés annuel et 30 jours de bonification) que les fonctionnaires pouvaient prendre d’affilée pour rentrer dans leur territoire d’origine tous les trois ans, ils ne pourront pas désormais « excéder 31 jours consécutifs », mais pourront être pris tous les deux ans. 

Les fonctionnaires verront aussi leurs frais de transports (billets d’avion, etc.) « pris en charge » et non plus « remboursés » après l’achat.

Pour la fonction publique d’Etat, le décret « ouvre de nouveaux droits aux congés bonifiés au bénéfice des agents publics de l’Etat en contrat à durée indéterminée et des agents de l’Etat ayant leur centre des intérêts moraux et matériels dans une collectivité d’outre-mer du Pacifique » (Wallis et Futuna, Nouvelle-Calédonie, Polynésie), qui étaient auparavant exclues de ce dispositif.

Cette réforme avait cristallisé la colère des fonctionnaires d’Outre-mer en 2019 et la ministre des Outre-mer avait assuré que le gouvernement « prendrait le temps de la concertation ». « Ce ne sont pas des avantages indus mais c’est bien un droit qui a été accordé aux fonctionnaires ultramarins travaillant dans l’Hexagone pour leur permettre de rejoindre leur famille et garder un lien avec le territoire », avait-elle expliqué en mai 2019 à l’Assemblée.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV