dimanche 12 juillet 2020
A VOIR

|

Nouvelle-Zélande : le volcan encore trop dangereux pour récupérer les corps

Publié le

Les craintes d'une nouvelle éruption du volcan de White Island, qui aurait tué 17 personnes selon un nouveau décompte, ont conduit les autorités à renoncer à l'envoi de secouristes afin de récupérer les corps de neuf personnes.

Publié le 11/12/2019 à 10:38 - Mise à jour le 11/12/2019 à 10:38
Lecture 4 minutes

Les craintes d'une nouvelle éruption du volcan de White Island, qui aurait tué 17 personnes selon un nouveau décompte, ont conduit les autorités à renoncer à l'envoi de secouristes afin de récupérer les corps de neuf personnes.

L’éruption de lundi sur cette île très touristique au nord de la Nouvelle-Zélande a fait huit morts, selon un nouveau bilan officiel, deux victimes ayant succombé à leurs blessures à l’hôpital. Neuf personnes sont portées disparues, dont sept Australiens et deux Néo-Zélandais, selon un nouveau décompte mercredi de la police qui faisait jusque-là état de huit disparus. 

Leurs corps seraient toujours sur l’île, mais les conditions étaient jugées mercredi encore trop dangereuses pour envoyer des secours sur place et permettre aux médecins légistes et aux spécialistes de commencer leur travail d’identification des victimes. « Chaque jour qui passe avec ces corps non retrouvés est un jour d’angoisse pour les proches (…) mais en ce moment, les scientifiques nous disent que le risque est tout simplement trop élevé », a déclaré Sarah Stuart-Black, directrice de la protection civile.

Lors du sauvetage des touristes, quelques minutes après l’éruption volcanique, le 9 décembre. (Crédit photo : Handout / Michael Schade / AFP)

Les 22 survivants hospitalisés dans des services de grands brûlés demeurent dans un état critique, selon les autorités de la santé. En vue d’être greffés, quelque 1,2 million de centimètres carrés de peau ont été envoyés par l’Australie et les États-Unis.

Au moment de l’éruption, de la vapeur surchauffée a jailli, projetant des cendres et des roches comme des boulets de canon à une vitesse supersonique.

Selon le ministre de la Police, Stuart Nash, les blessures dont souffrent les touristes et les guides sont tellement graves que certaines victimes étaient incapables de s’identifier. « Il y a un certain nombre de personnes hospitalisées qui ne peuvent pas communiquer, elles souffrent d’importantes brûlures sur la peau mais également au niveau des organes internes », a expliqué mercredi M. Nash. « Nous travaillons en étroite collaboration avec un certain nombre d’organismes pour nous assurer qu’ils sont bien identifiés », a-t-il précisé.

(Crédit photo : Marty MELVILLE / AFP)
(Crédit photo : Marty MELVILLE / AFP)

Au total, 47 touristes et guides se trouvaient sur l’île au moment de l’éruption, venus d’Australie, des États-Unis, du Royaume-Uni, de Chine, d’Allemagne, de Malaisie et de Nouvelle-Zélande. L’Australie a indiqué que 13 de ses ressortissants étaient hospitalisés et 11 portés disparus.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a annoncé l’envoi de trois avions militaires transportant des équipes médicales spécialisées pour rapatrier certains survivants. « C’est un moment d’immense chagrin et de grande tristesse pour toutes les personnes concernées », a-t-il déclaré.

Deux Britanniques figurent également parmi les blessés. La Malaisie a annoncé la mort d’un de ses ressortissants et confirmé mercredi qu’un autre était grièvement blessé. Le processus destiné à identifier les six personnes décédées a commencé mais la police a indiqué « que cela pourrait prendre du temps ».

– « De la folie » –

Des sismologues estiment qu’il y a 40 à 60% de chances qu’une autre éruption se produise sur l’île, à plus des deux-tiers immergée, située à 50 kilomètres des côtes de la baie de l’Abondance (Bay of Plenty). Des gaz toxiques s’échappent toujours du cratère et l’île est couverte d’une épaisse couche de cendres volcaniques.

« Ce serait de la folie pour nous d’envoyer des hommes et des femmes à White Island » alors que les conditions de sécurité pour les secouristes n’y sont pas réunies, a expliqué M. Nash.

(Crédit photo : Handout / Michael Schade / AFP)

Un drone a survolé l’île mercredi pour mesurer les niveaux de gaz toxiques et les données sont en cours d’analyse, selon la police.

Avec une détérioration de la météo attendue jeudi, l’impatience monte pour que soit lancées les opérations de récupération des corps.

Le bateau de croisière Ovation of the Seas de Royal Caribbean, d’où venaient plus d’une trentaine des visiteurs se trouvant sur l’île lors de l’éruption, est reparti tôt mercredi pour Wellington en laissant une équipe pour aider les victimes, après avoir retardé son départ de Tauranga. Il était arrivé de Sydney la semaine dernière pour une croisière de douze jours. 

Le volcan de White Island est le plus actif de l’archipel néo-zélandais, selon l’agence gouvernementale GeoNet.

Quelque 17 000 touristes s’y rendent chaque année, malgré les fréquentes éruptions au cours des 50 dernières années. La plus récente remonte à 2016. Le niveau d’alerte avait été relevé dans les jours précédant l’éruption, soulevant des questions sur l’autorisation de s’y rendre pour des groupes de touristes. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

33 tonnes de matériels de première urgence au fenua

33 tonnes de matériels de première urgence ont été acheminés au fenua. Actuellement stockés dans un hangar de l’armée à Sainte Amélie, ces matériaux seront gérés par la Croix-Rouge, une association agréée de sécurité civile.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV