lundi 26 septembre 2022
A VOIR

|

Nouvelle-Calédonie : L’Union Calédonienne demande « une date ferme, irréversible et définitive pour l’indépendance » de l’archipel

Publié le

Le parti indépendantiste Union Calédonienne (UC) a réuni son Comité directeur ce samedi à la tribu de La Conception, sur la commune du Mont-Dore, dans l’objectif de débattre des dossiers institutionnels et politiques. L’occasion d’évoquer sa stratégie quant à l’avenir du territoire et réaffirmer sa position face à l’État.

Publié le 27/08/2022 à 10:19 - Mise à jour le 27/08/2022 à 10:20
Lecture < 1 min.

Le parti indépendantiste Union Calédonienne (UC) a réuni son Comité directeur ce samedi à la tribu de La Conception, sur la commune du Mont-Dore, dans l’objectif de débattre des dossiers institutionnels et politiques. L’occasion d’évoquer sa stratégie quant à l’avenir du territoire et réaffirmer sa position face à l’État.

Alors que l’avenir du territoire est encore incertain, dans l’attente du référendum institutionnel qui déterminera le fond et la forme politique de l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, l’UC, réuni en comité directeur extraordinaire ce samedi 27 août dans la commune du Mont-Dore, a évoqué sa stratégie, mais aussi et surtout sa position vis à vis de l’indépendance du territoire. 

L’UC qualifie le referendum d’auto-détermination de « bidon », alors que les indépendantistes avaient appelé au boycott du 3e scrutin d’autodétermination, qui a résulté en une victoire massive du Non à l’indépendance, avec 96,50%, sur fond de forte abstention (56,13%). Une « mascarade électorale » pour le parti indépendantiste, qui ne souhaite pas non plus participer au comité des signataires prévu fin septembre.

Il s’agit maintenant, selon le Président de l’UC, Daniel Goa, que la France « prenne ses responsabilités et que nos discussions sur l’avenir devront intégrer la fixation d’une date ferme, irréversible et définitive pour l’indépendance de notre pays », puisque « le processus de décolonisation ne s’est en rien achevé par les trois consultations. Il ne s’achèvera qu’à l’indépendance de la Kanaky-Nouvelle-Calédonie ».

Un appel renouvelé à l’indépendance malgré l’issue du référendum d’autodétermination, affirmant qu’il s’agit de la seule issue possible pour le territoire, mais aussi un cri de ralliement pour le président du parti indépendantiste, qui appelle à ce que « toutes les forces indépendantistes intègrent le FLNKS et qu’un président soit élu pour ne parler que d’une seule voix ».

La prochaine élection pour la présidence du Congrès a également été évoquée, échanges qui ont sans surprise fait l’unanimité pour le choix du renouvellement de Roch Wamytan à la tête de l’institution. Une victoire mathématiquement assurée, alors que l’Éveil Océanien a récemment affirmé son soutien aux groupes indépendantistes, brisant une tradition de neutralité et de faiseur d’équilibre affirmée à sa constitution.

infos coronavirus