A VOIR

|

Nouvelle-Calédonie : Louis Kotra Uregei, fondateur de l’USTKE et du Parti travailliste, est décédé

Publié le

Le fondateur de l’Union syndicale des travailleurs Kanak et des exploités (USTKE) et du Parti travailliste, est décédé ce jeudi 20 octobre à Paris des suites d’une longue maladie, a confirmé la famille du défunt. Âgé de 71 ans, il était une figure des luttes indépendantistes et syndicales kanak.

Publié le 20/10/2022 à 15:06 - Mise à jour le 22/10/2022 à 9:59
Lecture < 1 min.

Le fondateur de l’Union syndicale des travailleurs Kanak et des exploités (USTKE) et du Parti travailliste, est décédé ce jeudi 20 octobre à Paris des suites d’une longue maladie, a confirmé la famille du défunt. Âgé de 71 ans, il était une figure des luttes indépendantistes et syndicales kanak.

Connu pour ses méthodes parfois jugées radicales, à la fois par ses pairs indépendantistes et les non-indépendantistes calédoniens, Louis Kotra Uregei a fondé l’USTKE en décembre 1981. En 2007, il fonde le Parti travailliste, émanation politique du syndicat, qui reste en marge du FLNKS. Élu des Îles Loyauté, Louis Kotra Uregei a aussi siégé au Congrès de 2009 à 2019, date à laquelle il démissionne de ses mandats.

En 2020, Louis Kotra Uregei uni son parti avec le Mouvement nationaliste, indépendantiste et souverainiste (MNIS) pour former le Mouvement nationaliste pour la souveraineté de Kanaky (MNSK) dont il avait été élu à la présidence. Cette alliance s’est posée comme une « alternative » à l’historique FLNKS, notamment dans le dialogue avec Paris. Le MNIS quittera finalement cette alliance à la veille des Législatives de 2022.

Lors du premier référendum d’indépendance en 2018, le Parti travailliste de Louis Kotra Uregei s’était positionné sur une non-participation, puis avait finalement fait campagne au second référendum. Et comme l’ensemble des organisations politiques, coutumières et sociales indépendantistes, il avait appelé à la non-participation au dernier référendum.