mercredi 5 octobre 2022
A VOIR

|

Nouvelle-Calédonie : l’indépendantiste Roch Wamytan réélu à la tête du Congrès

Publié le

L'indépendantiste Roch Wamytan a été réélu mardi à la présidence du Congrès de Nouvelle-Calédonie grâce au soutien d'un petit parti, suscitant les critiques des non-indépendantistes, qui ont dénoncé "un déni de démocratie".

Publié le 29/08/2022 à 17:43 - Mise à jour le 29/08/2022 à 17:44
Lecture < 1 min.

L'indépendantiste Roch Wamytan a été réélu mardi à la présidence du Congrès de Nouvelle-Calédonie grâce au soutien d'un petit parti, suscitant les critiques des non-indépendantistes, qui ont dénoncé "un déni de démocratie".

Cette élection annuelle ne change pas les rapports de force au sein de l’échiquier local.

Roch Wamytan a demandé “aux élus du peuple de se sentir engagés (…) pour réduire les inégalités sociales, relancer l’économie et le pouvoir d’achat de nos concitoyens”.

Pour la quatrième fois depuis le début de la mandature (2019-2024), Roch Wamytan, 71 ans –issu des rangs de l’UC-FLNKS (Union Calédonienne)– a été élu grâce aux trois élus du parti polynésien l’Eveil Océanien, à même de basculer entre les 26 élus indépendantistes et les 25 élus loyalistes.

Cette formation, émanation de la communauté wallisienne et futunienne de Calédonie, a justifié son vote par une volonté “d’alignement institutionnel du gouvernement et du Congrès” pour mener “des réformes structurelles” en matière de fiscalité, de protection sociale ou de logement.

Les deux groupes du FLNKS (UNI et UC) ont signé la semaine dernière avec l’Eveil Océanien (EO) un “accord de stabilité institutionnelle” jusqu’en 2024 portant également sur un partage de postes et une attribution de moyens humains et matériels.

Depuis juillet 2021, grâce à leur alliance avec l’EO, les indépendantistes président également le gouvernement collégial.

Gil Brial, candidat malheureux des loyalistes, a dénoncé “un déni de démocratie”, faisant valoir que lors des élections territoriales de 2019 son camp était majoritaire en nombre de voix mais pas de sièges en raison du mode de scrutin proportionnel.

Les deux groupes affiliés au parti présidentiel Renaissance, Les Loyalistes et Calédonie Ensemble, ont salué “l’unité des non indépendantistes” à l’occasion de ce scrutin.

La réélection de Roch Wamytan intervient alors que des discussions avec l’Etat doivent s’ouvrir pour doter la Nouvelle-Calédonie d’un nouveau statut après trois référendums sur l’indépendance en 2018, 2020 et 2021, remportés par les pro-France, et qui ont marqué un terme à l’accord de Nouméa (1998).

infos coronavirus