vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes prêts à se mobiliser sur le nickel et le coronavirus

Publié le

Les indépendantistes de Nouvelle-Calédonie menacent de se mobiliser sur le terrain pour s'opposer à des projets d'exportation de minerai de nickel et pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire, ont-ils indiqué jeudi.

Publié le 04/06/2020 à 9:30 - Mise à jour le 04/06/2020 à 9:54
Lecture 2 minutes

Les indépendantistes de Nouvelle-Calédonie menacent de se mobiliser sur le terrain pour s'opposer à des projets d'exportation de minerai de nickel et pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire, ont-ils indiqué jeudi.

« Nos militants considèrent qu’il est temps de passer à l’action pour se faire respecter », ont déclaré jeudi devant la presse les dirigeants de l’Union Calédonienne (UC), l’une des deux principales formations du FLNKS (Front de libération nationale kanak socialiste).      

Tout en reconnaissant que la « situation sanitaire est satisfaisante » -20 cas de coronavirus déclarés et zéro décès- l’UC a jugé que c’est au prix « d’un bras de fer » avec l’État. « La loi d’état d’urgence sanitaire nationale écrase nos compétences en s’opposant à nos protocoles », a déclaré Daniel Goa, président de l’UC.     

Un confinement de 21 jours (14 en hôtel et 7 à domicile) est imposé à tout arrivant sur le sol de cet archipel très autonome, compétent en matière de contrôle sanitaire aux frontières. Toutefois, ce dispositif est exposé à un recours devant le juge des libertés, la loi nationale n’ayant pas pris en compte les conflits de compétences possibles en Nouvelle-Calédonie.      

Le parti indépendantiste s’insurge par ailleurs contre les relèves de gendarmes et de militaires, qui effectuent leur période de quarantaine en caserne, et non à l’hôtel comme les résidents rapatriés.       

« C’est un protocole dégradé. Tout le monde circule dans une caserne et le turnover habituel des militaires n’est pas vital pour le pays », a affirmé Gilbert Tyuienon, membre du gouvernement collégial en charge des transports.         

L’UC a demandé « l’arrêt de ces relèves », mettant en avant le cas d’un gendarme-mobile testé positif au Covid-19 en début de semaine, à l’issue de sa quatorzaine, puis placé dans l’unité Covid de l’hôpital.        

Réitérant une requête déjà formulée, le parti indépendantiste a réclamé en conséquence « le remplacement rapide du haut-commissaire de la République (préfet) et du commandant des forces armées ».       

« Un engagement sur le terrain », sans plus de précision, est également envisagé par l’UC pour s’opposer à la demande de deux opérateurs métallurgiques d’augmenter leurs exportations de nickel alors que l’industrie est en plein marasme.       

« Les richesses du pays ne doivent pas être bradées. L’UC réactive sa Cellule Mobilisation Mines », a indiqué M. Goa. Cette cellule avait organisé manifestations et blocages à la fin des années 2000 lorsque le FLNKS voulait un accès à la ressource pour construire une usine dans le nord de l’archipel.

La semaine dernière, le Palika, l’autre poids lourd de la coalition indépendantiste, a aussi « appelé la population à se mobiliser » contre ces exportations.       

Ces tensions interviennent alors qu’un deuxième référendum sur l’indépendance doit avoir lieu le 4 octobre prochain, dans le cadre de la décolonisation progressive de la Nouvelle-Calédonie.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Initié à Raiatea il y a 2 ans, le programme "Faito tano" rassemble aujourd’hui près d’une centaine de familles des îles Sous-le-Vent. L’objectif de ce projet est de lutter contre le surpoids et l’obésité dès le plus jeune âge. Un travail d’accompagnement mené en collaboration avec plusieurs partenaires et soutenu par le ministère de la Santé et la CPS.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV