mardi 9 août 2022
A VOIR

|

Nouvelle-Calédonie : la valeur juridique du 3e référendum est “pleine et entière” pour Lecornu

Publié le

La valeur juridique du 3e référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie, marqué par une très faible participation, "est pleine et entière", a estimé lundi sur France Inter le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu.

Publié le 13/12/2021 à 10:15 - Mise à jour le 13/12/2021 à 10:17
Lecture < 1 min.

La valeur juridique du 3e référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie, marqué par une très faible participation, "est pleine et entière", a estimé lundi sur France Inter le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu.

“Vous n’avez pas d’obligation de participer à un scrutin” et “il n’y a pas de quorum dans les textes de l’accord de Nouméa”, a argumenté le ministre au lendemain d’un scrutin remporté par le camp du “non” à l’indépendance. 

Seuls 43,87% des électeurs potentiels se sont rendus aux urnes, pour un scrutin que les partisans de l’indépendance avaient appelé à boycotter. “Peu importe le taux de participation : en droit, c’est un scrutin qui produit ses effets comme les deux premiers avaient produit le ‘Non’ par deux fois”, en 2018 et en 2020, a ajouté Sébastien Lecornu.

Lire aussi > Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes “ne reconnaissent pas la légitimité” du référendum

Par conséquent, “la valeur juridique est pleine et entière”, a-t-il conclu alors que le “Non” l’a emporté à 96,5% des voix. En revanche, “politiquement, ça veut dire quelque chose : il faut regarder cette division”. “Cette dimension binaire (pour ou contre l’indépendance, NDLR) ne satisfait plus personne ici sur place”, a assuré le ministre des Outre-mer.

Le référendum de dimanche est certes un “moment historique dans la relation entre la République et la Nouvelle-Calédonie, mais tout le monde a le sentiment que c’est une étape.” 

Quelques heures avant l’interview de Sébastien Lecornu, la Commission de contrôle du scrutin avait déjà tiré des conclusions dans le même sens. La forte abstention “n’affecte pas la régularité ni la sincérité du scrutin”, avait ainsi insisté son président Francis Lamy. La commission de contrôle n’a constaté “aucune irrégularité significative“, avait-il encore affirmé.

infos coronavirus