mardi 7 décembre 2021
A VOIR

|

Nouvelle-Calédonie : décision sur la tenue du référendum “dans les dix jours”, dit Lecornu

Publié le

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a indiqué jeudi que la décision sur la tenue du troisième référendum d'indépendance en Nouvelle-Calédonie sera prise "dans les dix jours qui viennent", alors que la situation sanitaire s'y est globalement améliorée ces derniers jours.

Publié le 04/11/2021 à 9:57 - Mise à jour le 04/11/2021 à 10:00
Lecture < 1 min.

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a indiqué jeudi que la décision sur la tenue du troisième référendum d'indépendance en Nouvelle-Calédonie sera prise "dans les dix jours qui viennent", alors que la situation sanitaire s'y est globalement améliorée ces derniers jours.

“Est-ce que le référendum aura vraiment lieu ? Oui mais [cela dépendra de] la situation sanitaire” du Covid-19, a-t-il déclaré sur TV5 Monde, précisant que la décision sera prise “dans les dix jours qui viennent” selon “la situation épidémique”, “regardée de près” par le gouvernement.

La tendance est néanmoins à l’optimisme. “Le taux d’incidence s’installe dans une baisse continue, désormais à 125” cas pour 100 000 habitants, s’est-il réjoui, se félicitant aussi que “la tension en ‘réa’ diminue”.

“La réalité, c’est que la vaccination avance bien : plus de 70% de la population a reçu au moins sa première dose”, a ajouté M. Lecornu.

Interrogé sur l’appel des indépendantistes du FLNKS à ne pas participer au référendum du 12 décembre sur l’indépendance, le ministre des Outre-mer a assuré que “la participation est une appréciation politique qui est naturelle et libre dans une démocratie”.

“En aucun cas elle altèrerait la sincérité du scrutin”, a-t-il affirmé, alors que certains s’interrogent déjà sur l’intérêt de maintenir un scrutin dont la validité pourrait être remise en cause.

“Plus on s’approche de la fin de l’accord (de Nouméa), plus celles et ceux qui l’ont parfois négocié, signé puis voté, toutes majorités politiques confondues, ont oublié ce qu’il y avait dedans”, a-t-il tancé. “C’est l’honneur de la France et sa puissance de tenir sa parole” sur le référendum, a-t-il dit.

infos coronavirus