Nouvelle-Calédonie : Castex réfute toute « indifférence » de l’exécutif avant le référendum

Publié le

Jean Castex a réfuté mercredi toute "indifférence" de l'exécutif vis-à-vis de l'avenir de la Nouvelle-Calédonie, qui fera l'objet d'un référendum le 12 décembre, en soulignant le "souhait fort que le choix des Calédoniens soit celui de la France".

Publié le 20/10/2021 à 11:33 - Mise à jour le 20/10/2021 à 11:33

Jean Castex a réfuté mercredi toute "indifférence" de l'exécutif vis-à-vis de l'avenir de la Nouvelle-Calédonie, qui fera l'objet d'un référendum le 12 décembre, en soulignant le "souhait fort que le choix des Calédoniens soit celui de la France".

« Contrairement à ce que vous dites, nous sommes très loin de l’indifférence que vous avez cru déceler », a répondu le Premier ministre au sénateur (LR) de Nouvelle-Calédonie Pierre Frogier, qui fustigeait « le dogme de la neutralité de l’Etat » et « l’indifférence générale » régnant autour de l’avenir de l’archipel.

M. Castex a ainsi souligné que le gouvernement avait « réaffirmé » encore cette année le « souhait fort que le choix des Calédoniens soit celui de la France », à l’occasion du référendum sur l’indépendance du 12 décembre.

« Nous avons réaffirmé plus que jamais la stratégie de la France dans l’Indo-Pacifique, et ce quelles que soient les décisions tout à fait contestables du gouvernement australien », qui avait brutalement mis fin à un méga-contrat de sous-marins avec Paris, a ajouté M. Castex.

– PUBLICITE –

Le chef du gouvernement a aussi argué que la métropole manifestait « en permanence notre pleine solidarité vis-à vis de la Nouvelle-Calédonie frappée par le Covid », par l’envoi de renforts.

Dans ce cadre, même si « la situation s’améliore » et « la vaccination progresse », « 5 lits supplémentaires » en réanimation seront prochainement ouverts grâce à « l’envoi d’un détachement du service de santé des armées », a annoncé M. Castex.

La virulence de l’épidémie, qui a fait 243 morts depuis début septembre, trouble d’ailleurs l’organisation du troisième et dernier référendum sur l’indépendance de l’accord de Nouméa (1998): les indépendantistes ont ainsi demandé samedi dernier au ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu de reporter le scrutin, quand les loyalistes prônent son maintien.

Dernières news