vendredi 25 septembre 2020
A VOIR

|

Nouveau virus en Chine : ce que l’on sait

Publié le

Un nouveau virus ressemblant au SRAS a fait 17 morts en Chine, contaminé des centaines de personnes et atteint jusqu'aux États-Unis où un malade a été identifié, alimentant la peur d'une propagation à la faveur de la grande migration du Nouvel An chinois.

Publié le 22/01/2020 à 10:38 - Mise à jour le 22/01/2020 à 11:14
Lecture 4 minutes

Un nouveau virus ressemblant au SRAS a fait 17 morts en Chine, contaminé des centaines de personnes et atteint jusqu'aux États-Unis où un malade a été identifié, alimentant la peur d'une propagation à la faveur de la grande migration du Nouvel An chinois.

Des cas sont également apparus au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande et à Taïwan. Hong Kong a signalé mercredi un cas suspect. Plusieurs pays d’Asie, les États-Unis et le Royaume-Uni ont mis en place des contrôles dans les aéroports pour les passagers venus de la ville chinoise de Wuhan (11 millions d’habitants), épicentre de l’épidémie. Voici ce que l’on sait à propos de ce virus:

Il est nouveau

Le virus semble être un nouveau type de coronavirus, famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l’humain, comme un rhume, mais aussi d’autres plus graves comme le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère).

Ce virus est proche de celui qui avait provoqué l’épidémie de Sras en 2002-2003. Elle avait fait 774 morts dans le monde (dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong) sur 8 096 cas, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Génétiquement, il y a « 80% de similarités » entre les deux virus, explique le professeur Arnaud Fontanet, épidémiologue à l’Institut Pasteur à Paris. Tous deux entraînent des pneumopathies (maladies respiratoires).

La Chine a partagé avec la communauté scientifique internationale le séquençage génomique du coronavirus, pour le moment intitulé « 2019-nCoV ».

Transmissible entre humains

L’OMS estime qu’un animal serait « la source primaire la plus vraisemblable » de l’épidémie, avec « une transmission limitée d’humain à humain par contact étroit ».

Le virus avait été repéré en décembre à Wuhan (centre de la Chine) chez des patients travaillant dans un marché de gros de fruits de mer et de poissons, fermé le 1er janvier.

La Commission nationale de la santé chinoise a confirmé lundi que le virus se transmettait entre humains.

Le docteur Nathalie MacDermott du King’s College de Londres juge vraisemblable que le virus se répande via des gouttelettes dans l’air lors d’éternuements ou de quintes de toux.

Des médecins de l’Université de Hong Kong ont publié mardi une étude estimant à 1 343 le nombre probable de cas à Wuhan, chiffre s’approchant des 1 700 cas estimés la semaine dernière par l’Imperial College de Londres. Ces deux estimations dépassent les données officielles chinoises qui font état de 440 cas.

Moins dangereux que le Sras

Les symptômes semblent moins agressifs que ceux du Sras. « La gravité semble plus faible », juge M. Fontanet.

« Il est difficile de comparer cette maladie avec le Sras », estime cependant le scientifique chinois Zhong Nanshan, qui avait aidé à évaluer l’ampleur de l’épidémie de Sras de 2002-2003. « C’est léger, l’état des poumons n’est pas le même qu’avec le Sras ».

Mais cela est « paradoxalement plus inquiétant », juge Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé global à l’Université de Genève (Suisse), car les gens pourront ainsi voyager avant que leurs symptômes soient détectés.

Des centaines de millions de personnes vont voyager en Chine pour aller voir leur famille à l’occasion du Nouvel An qui débute samedi.

« Wuhan est un centre majeur et le niveau de vigilance doit rester élevé alors que les voyages font partie intégrante du Nouvel An chinois qui approche », estime Jeremy Farrar, directeur de la fondation britannique Wellcome Trust.

Une urgence de santé mondiale ?

Des cas ont été confirmés jusqu’à présent en Thaïlande, au Japon, à Taïwan, en Corée du Sud, à Macau et aux États-Unis, et un cas suspect signalé à Hong Kong.

L’OMS tenait une réunion d’urgence mercredi pour déterminer s’il convient de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale », qualification introduite après le Sras et utilisée seulement pour les épidémies les plus graves.

Lire aussi > Nouveau virus en Asie : y a-t-il un risque pour la Polynésie ?

L’OMS n’a jusqu’ici utilisé cette qualification que pour de rares cas d’épidémies nécessitant une réaction internationale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Le directeur de l’OMS a annoncé ne pas vouloir décider dans l’immédiat si le nouveau virus chinois qui s’est étendu à plusieurs pays constituait une urgence internationale, prolongeant d’un jour les discussions du comité d’urgence. « La décision de déclarer ou non une urgence de santé publique de portée internationale est une décision que je prends très au sérieux et que je ne suis prêt à prendre qu’en tenant dûment compte des preuves disponibles », a déclaré à la presse le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à Genève (Suisse) où était réuni le comité d’urgence. 

Pour sa part, Pékin a annoncé mardi classer l’épidémie dans la même catégorie que le Sras. L’isolement devient ainsi obligatoire pour les malades. Des mesures de quarantaine peuvent être décrétées.

Mesures de précaution dans le monde

Le risque de propagation a incité nombre de pays à prendre des mesures de précaution.

Les autorités thaïlandaises ont rendu obligatoire le passage au scanner thermique des passagers arrivant dans les aéroports de Bangkok, Chiang Mai, Phuket et Krabi en provenance de zones à haut risque en Chine.

À Hong Kong, où des centaines de personnes avaient péri durant l’épidémie de Sras en 2002-2003, les autorités ont instauré des contrôles thermiques des passagers arrivant par air, mer ou route.

Les États-Unis ont également ordonné le contrôle des passagers arrivant de Wuhan, que ce soit sur des vols directs ou non, dans les aéroports de New York, San Francisco et Los Angeles.

Taïwan a émis des recommandations aux voyageurs et décrété un état d’alerte pour les passagers en provenance de Wuhan. Le Vietnam a également ordonné des contrôles à sa frontière avec la Chine.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Nucléaire : Nicole Sanquer demande un programme de recherche...

La députée de Polynésie Nicole Sanquer présente à partir de ce lundi à l’Assemblée nationale un amendement pour la création d’un programme prioritaire de recherche sur les anomalies génétiques qui pourraient avoir été provoquées par l’exposition à la radioactivité des essais nucléaires à Moruroa et Fagataufa.

Ouverture de la pêche aux rori à Kaukura, Taenga et...

Le conseil des Ministres a autorisé la pêche aux holothuries pour les deux espèces Actinopyga mauritiana (rori papao) et Bohadschia argus (rori ruahine) dans ces 3 atolls, jusqu’au 31 octobre 2020.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV