mardi 7 avril 2020
A VOIR

|

Nouveau virus en Asie : réunion d’urgence de l’OMS

Publié le

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé lundi une réunion d'urgence mercredi consacrée à l'émergence du nouveau virus, proche du Sras, qui se répand en Chine et a touché trois autres pays asiatiques.

Publié le 20/01/2020 à 11:30 - Mise à jour le 20/01/2020 à 12:07
Lecture < 1 min.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé lundi une réunion d'urgence mercredi consacrée à l'émergence du nouveau virus, proche du Sras, qui se répand en Chine et a touché trois autres pays asiatiques.

Un comité ad hoc doit se réunir à Genève pour déterminer s’il convient de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale », qualification qui n’est utilisée que pour les épidémies les plus graves, a annoncé l’OMS.

Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé membre de la Commission nationale de la santé, a confirmé lundi que la transmission du virus par contagion entre personnes était désormais « avérée ».

L’OMS estime pour sa part qu’un animal semble être « la source primaire la plus vraisemblable », avec « une transmission limitée d’humain à humain par contact étroit ».

Le nouveau coronavirus est proche du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) et touche désormais trois autres pays d’Asie: Japon, Corée du Sud et Thaïlande.

Il inquiète d’autant plus que des millions de Chinois s’apprêtent à voyager pour le Nouvel An chinois.

L’épidémie de Sras en 2002-2003 a fait 774 morts dans le monde (dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong) sur 8.096 cas, selon l’OMS. 

L’OMS n’a jusqu’ici utilisé le terme « urgence de santé publique de portée internationale » que pour de rares cas d’épidémies nécessitant une réaction internationale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Desserte maritime : soutien aux opérateurs du transport maritime...

Plusieurs nouvelles mesures ont été annoncées aujourd'hui, lors d'une réunion entre les armateurs assurant la desserte maritime des îles, le ministre du Logement, en charge des transports interinsulaires, Jean-Christophe Bouissou, le ministre de la Santé, Jacques Raynal, et le ministre de l’Équipement, René Temeharo.

Covid-19 : l’État renforce son soutien à l’économie polynésienne

Dans le contexte du Covid-19, le Premier Ministre a affirmé avec force que "… la solidarité nationale s’applique et s’appliquera pleinement … en outre-mer …". En conséquence, l’État apporte son soutien au plan de sauvegarde économique décidé par le Gouvernement de la Polynésie, pour accompagner notamment les entreprises locales et leurs salariés.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV