jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Norfolk n’est plus un territoire autonome du Pacifique

Publié le

Publié le 02/07/2016 à 14:29 - Mise à jour le 02/07/2016 à 14:29
Lecture 2 minutes

Qui, en Polynésie, n’a jamais entendu parler des Révoltés de la Bounty ? L’histoire du navire de l’empire britannique, parti en mission à Tahiti il y a 200 ans, et dont les marins se sont mutinés par amour pour la Polynésie (et surtout pour les Tahitiennes) berce les Polynésiens depuis des générations.

Pourtant nombreux sont ceux à en ignorer la fin. Car l’histoire de ces mutins ne s’est pas arrêtée à la Pointe Vénus. Après moult péripéties, les marins de la Bounty se sont installés sur l’île de Norfolk, située entre l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie. Ils y ont fait souche et aujourd’hui 2000 personnes, dont la plupart sont des descendants des mutins, vivent encore sur cette île. Une île à laquelle la Grande Bretagne a accordé le statut de territoire autonome en 1913, en la rattachant tout de même à l’Australie.

Cette autonomie est aujourd’hui de l’histoire ancienne. Depuis ce 1er juillet, l’île est de nouveau directement gouvernée par le gouvernement fédéral australien.

Cette annexion émane d’une volonté manifestée par l’Australie depuis de nombreux mois. Canberra y verrait un intérêt stratégique, mais aussi financier puisqu’ à Norfolk il n’y a pas d’impôt. Les très maigres infrastructures de l’île – notamment hospitalières ou éducatives – ne survivent donc que grâce à des financements australiens.

Selon The Telegraph, le gouvernement australien aurait indiqué qu’une telle annexion serait bénéfique pour les habitants de Norfolk, qui peinent actuellement à se faire dispenser les soins médicaux les plus élémentaires.

Pourtant les descendants des mutinés  ne sont pas d’accord avec ce rattachement. Au cours des dernières semaines, ils ont organisé des manifestations et ont déposé une pétition auprès de l’ONU pour protester contre la tentation colonialiste de l’Australie. Sans succès.

C’est donc au mépris de l’avis populaire que Norfolk est devenue Australienne. Un coup dur pour l’île qui souhaitait, au travers de son statut, préserver son histoire.

D’autant qu’ils y voient une revanche de l’Histoire… puisque le n°1 australien, le Premier ministre Malcolm Turnbull, s’appelle en fait Malcom Bligh Turnbull. Du même nom, donc, qu’un certain Captain Bligh,  le capitaine aux commandes de la Bounty et contre qui s’étaient rebellé les mutins.
 

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV