fbpx
jeudi 23 janvier 2020
A VOIR

|

Nauru, le plus petit Etat insulaire du monde

Publié le

Publié le 30/08/2018 à 9:21 - Mise à jour le 30/08/2018 à 9:21
Lecture 2 minutes

Nauru, ce pourrait être d’immenses plages de sables blancs caressées par le Pacifique. Mais ce qui frappe, c’est d’abord la pollution partout, des déchets industriels, et des carcasses de voitures à tous les carrefours. Sans compter une immense décharge à ciel ouvert, où même les rats ont du mal à survivre.

Comment une île qui a eu le plus fort PIB du monde a-t-elle pu en arriver là ? A cause de l’épuisement de ses réserves de phosphates.

Certains habitants avaient 5 voitures. Ils ont connu la faim. “On a dû se battre. On est retournés à l’ancien mode de vie. On est retourné sur le récif, pour trouver tout ce qui pouvait se manger. Et puis on est remontés dans les arbres, pour capturer des oiseaux, les noddies”, raconte Isaac Aremwa, employé du port à Nauru. 

“On était censés être riches en ce temps-là, il y a longtemps. Mais en fait, on est toujours riches. En tout cas, moi, je le vois comme ça : on est riches, à Nauru”, estime Nicholas Karl, chômeur.

Riches dans le cœur, sans doute, mais l’économie reste en grande difficulté. Nauru n’a anticipé aucune reconversion. L’unique hôtel privé de l’île n’a jamais été peint, ni même terminé. Les rares touristes ont l’avantage de se sentir seuls au monde. La pêche est à peine plus développée que l’agriculture.
Et les 10 000 habitants, presque tous en surpoids, souffrent de graves problèmes de santé.  

Sur les chantiers, les travailleurs sont pour la plupart des Fidjiens, ou des migrants refoulés par l’Australie. L’Australie qui, avec Taïwan, tient à bout de bras l’économie du Pays. Le salaire minimum est inférieur à 20 000 Fcfp par semaine. 

Et pourtant, Nauru a bien des atouts. Loin de tout, Nauru doit se refaire une beauté, et un grand nettoyage, pour séduire à nouveau et retrouver son surnom : Pleasant Island, l’île agréable. 

Rédaction web avec Mike Leyral

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

L’inlassable hausse des cotisations sociales

Les nouvelles hausses des cotisations sociales sont effectives depuis le 1er janvier. Adoptées en conseil des ministres le 13 décembre, elles visent la tranche A de la retraite et l’assurance maladie. Des augmentations "nécessaires", juge le gouvernement, malgré les réticences des partenaires sociaux.

Le prix de la vanille ne cesse d’augmenter

Depuis quelques années, le prix du kilo de la vanille mûre ne cesse d’augmenter. Cette année, il s’est monnayé jusqu’à 15 000 Fcfp. Un prix qui s’explique notamment par une faible production et ce malgré les plans de relance du Pays.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Incendies en Australie : le secteur du tourisme va...

Les feux de forêts qui font rage en Australie vont faire perdre au pays des milliards de dollars de revenus issus du tourisme, nombre de visiteurs étrangers ayant annulé leur voyage, a annoncé vendredi un organisme en charge de ce secteur.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X