mardi 13 avril 2021
A VOIR

|

Nauru, le plus petit Etat insulaire du monde

Publié le

Publié le 30/08/2018 à 9:21 - Mise à jour le 30/08/2018 à 9:21
Lecture 2 minutes

Nauru, ce pourrait être d’immenses plages de sables blancs caressées par le Pacifique. Mais ce qui frappe, c’est d’abord la pollution partout, des déchets industriels, et des carcasses de voitures à tous les carrefours. Sans compter une immense décharge à ciel ouvert, où même les rats ont du mal à survivre.

Comment une île qui a eu le plus fort PIB du monde a-t-elle pu en arriver là ? A cause de l’épuisement de ses réserves de phosphates.

Certains habitants avaient 5 voitures. Ils ont connu la faim. « On a dû se battre. On est retournés à l’ancien mode de vie. On est retourné sur le récif, pour trouver tout ce qui pouvait se manger. Et puis on est remontés dans les arbres, pour capturer des oiseaux, les noddies », raconte Isaac Aremwa, employé du port à Nauru. 

« On était censés être riches en ce temps-là, il y a longtemps. Mais en fait, on est toujours riches. En tout cas, moi, je le vois comme ça : on est riches, à Nauru », estime Nicholas Karl, chômeur.

Riches dans le cœur, sans doute, mais l’économie reste en grande difficulté. Nauru n’a anticipé aucune reconversion. L’unique hôtel privé de l’île n’a jamais été peint, ni même terminé. Les rares touristes ont l’avantage de se sentir seuls au monde. La pêche est à peine plus développée que l’agriculture.
Et les 10 000 habitants, presque tous en surpoids, souffrent de graves problèmes de santé.  

Sur les chantiers, les travailleurs sont pour la plupart des Fidjiens, ou des migrants refoulés par l’Australie. L’Australie qui, avec Taïwan, tient à bout de bras l’économie du Pays. Le salaire minimum est inférieur à 20 000 Fcfp par semaine. 

Et pourtant, Nauru a bien des atouts. Loin de tout, Nauru doit se refaire une beauté, et un grand nettoyage, pour séduire à nouveau et retrouver son surnom : Pleasant Island, l’île agréable. 

Rédaction web avec Mike Leyral

infos coronavirus