mardi 11 août 2020
A VOIR

|

Nauru, le plus petit Etat insulaire du monde

Publié le

Publié le 30/08/2018 à 9:21 - Mise à jour le 30/08/2018 à 9:21
Lecture 2 minutes

Nauru, ce pourrait être d’immenses plages de sables blancs caressées par le Pacifique. Mais ce qui frappe, c’est d’abord la pollution partout, des déchets industriels, et des carcasses de voitures à tous les carrefours. Sans compter une immense décharge à ciel ouvert, où même les rats ont du mal à survivre.

Comment une île qui a eu le plus fort PIB du monde a-t-elle pu en arriver là ? A cause de l’épuisement de ses réserves de phosphates.

Certains habitants avaient 5 voitures. Ils ont connu la faim. « On a dû se battre. On est retournés à l’ancien mode de vie. On est retourné sur le récif, pour trouver tout ce qui pouvait se manger. Et puis on est remontés dans les arbres, pour capturer des oiseaux, les noddies », raconte Isaac Aremwa, employé du port à Nauru. 

« On était censés être riches en ce temps-là, il y a longtemps. Mais en fait, on est toujours riches. En tout cas, moi, je le vois comme ça : on est riches, à Nauru », estime Nicholas Karl, chômeur.

Riches dans le cœur, sans doute, mais l’économie reste en grande difficulté. Nauru n’a anticipé aucune reconversion. L’unique hôtel privé de l’île n’a jamais été peint, ni même terminé. Les rares touristes ont l’avantage de se sentir seuls au monde. La pêche est à peine plus développée que l’agriculture.
Et les 10 000 habitants, presque tous en surpoids, souffrent de graves problèmes de santé.  

Sur les chantiers, les travailleurs sont pour la plupart des Fidjiens, ou des migrants refoulés par l’Australie. L’Australie qui, avec Taïwan, tient à bout de bras l’économie du Pays. Le salaire minimum est inférieur à 20 000 Fcfp par semaine. 

Et pourtant, Nauru a bien des atouts. Loin de tout, Nauru doit se refaire une beauté, et un grand nettoyage, pour séduire à nouveau et retrouver son surnom : Pleasant Island, l’île agréable. 

Rédaction web avec Mike Leyral

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV