mercredi 3 juin 2020
A VOIR

|

Mexique – Des dégâts matériels mais pas de victimes après le passage de l’ouragan Willa

Publié le

Publié le 23/10/2018 à 7:34 - Mise à jour le 23/10/2018 à 7:34
Lecture 2 minutes

Le centre américain des ouragans (NHC) à Miami a émis un dernier rapport indiquant que Willa s’enfonçait dans la matinée vers l’État montagneux de Nuevo Leon (nord) en s’affaiblissant peu à peu pour se transformer en tempête tropicale.  Sur la côte mexicaine, à Escuinapa, où est entré l’œil du cyclone mardi soir, plusieurs arbres étaient tombés, une église et un hôpital étaient fortement endommagés et des panneaux publicitaires renversés, ont constaté de journalistes de l’AFP.

>>> Lire aussi : Mexique – l’ouragan Willa perd en intensité, rétrogradé en catégorie 3

« Il n’y a pas un seul blessé et nous avions ici 200 personnes », indiquait, soulagé, Victor Aguilar, 76 ans, gérant d’un hôtel dans cette localité de 30 000 habitants. « Il nous faut réparer, mais cela ne me préoccupe pas », a-t-il ajouté.  Willa laisse derrière lui « de sérieux dégâts matériels mais l’important est qu’il n’y a pas de pertes humaines », a commenté le gouverneur du Sinaloa, Quirino Ordaz, sur la chaîne locale Televisa. Les météorologues ont toutefois lancé une mise en garde, les intempéries pouvant toujours provoquer des inondations et des éboulements meurtriers.

« On a entendu le diable »

Dans les zones affectées, des habitants recensaient les dégâts occasionnés par les vents puissants allant jusqu’à 195 km/h qui ont touché la côte. « On a entendu le diable », a raconté à l’AFP Ernesto Mallorquin, un retraité de 61 ans. « Je n’avais pas peur, j’essayais de calmer ma famille durant les trois heures qu’a duré ce vent puissant », a-t-il dit.

Les vents mercredi à 06H00 GMT avaient perdu de leur force et atteignaient une vitesse de 75km/h. 

Quelques commerces à Escuinapa ont rouverts leurs portes mardi, mais la plupart restaient toujours fermés. L’eau et l’électricité étaient encore coupés en milieu de matinée. 

Dans cette ville, plus de 2 500 personnes s’étaient réfugiées la veille dans des abris.

L’ouragan, qui avait été classé quelques heures en catégorie 5 lundi, avait perdu de la force et été rétrogadé en catégorie 3 avant de toucher le sol mexicain. 

Les États de Sinaloa et celui de Nayarit (ouest) avaient été placés en « alerte orange » par les autorités et les écoles fermées. Plus de 4 250 personnes ont au total ont été évacuées, y compris des touristes dans les stations balnéaires de la côte.

À 100 km au nord, à Mazatlan, qui compte 500 000 habitants, et abrite une zone touristique, l’ouragan n’a provoqué qu’une pluie légère.

À l’heure où Willa frappait la côte mexicaine, des promeneurs déambulaient même sur la promenade du bord de mer, à pied ou à vélo, a constaté un journaliste de l’AFP.

En septembre, au moins 15 personnes ont péri dans des crues soudaines liées aux fortes pluies dans les États de Sinaloa et Michoacan.

La semaine dernière, 11 personnes sont décédées à Oaxaca (sud), dont sept enfants, à cause des intempéries.

 

Rédaction web avec AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Des collégiens participent à la mise en valeur du...

Contribuer à la préservation du marae Taputapuatea en aidant à le mettre en valeur, c’est le challenge relevé par des élèves d’une classe patrimoine du collège de Faaroa à Raiatea. L’espace d’une journée, élèves, professeurs, parents d’élèves et responsables du site, se sont donnés la main pour le toilettage de quelques plateformes. L’occasion pour certains de renouer avec le passé…

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV