dimanche 27 septembre 2020
A VOIR

|

L’OMS recommande le port du masque dès 12 ans dans les mêmes conditions que les adultes

Publié le

Les enfants âgés de 12 ans et plus devraient porter le masque dans les mêmes conditions que les adultes pour lutter contre la pandémie de Covid-19, selon des recommandations de l'OMS publiées vendredi.

Publié le 21/08/2020 à 9:27 - Mise à jour le 21/08/2020 à 9:27
Lecture 2 minutes

Les enfants âgés de 12 ans et plus devraient porter le masque dans les mêmes conditions que les adultes pour lutter contre la pandémie de Covid-19, selon des recommandations de l'OMS publiées vendredi.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réuni un groupe d’experts international et pluridisciplinaire chargé de passer en revue les données sur le Covid-19 et sa transmission chez l’enfant, ainsi que les quelques données disponibles limitées sur l’utilisation de masques par les enfants.

Sur la base de ces informations et d’autres facteurs tels que les besoins psychosociaux des enfants ainsi que les différentes étapes de leur développement, l’autorité sanitaire mondiale a publié vendredi des recommandations détaillées pour les enfants, par tranche d’âge.

L’OMS recommande ainsi « le port du masque aux enfants âgés de 12 ans et plus dans les mêmes conditions que les adultes, en particulier lorsqu’ils ne peuvent garantir une distance d’au moins un mètre des autres et si la transmission est généralisée dans la zone concernée ».

Les enfants âgés 5 ans et moins ne devraient eux pas être obligés de porter un masque. « Cette indication est fondée sur la sécurité et l’intérêt global de l’enfant, et sur sa capacité à utiliser un masque correctement avec une assistance minimale », a précisé l’agence spécialisée onusienne.

Quant 6 à 11 ans, l’OMS recommande que la décision d’utiliser un masque soit fondée sur une série de facteurs, parmi lesquels le niveau de transmission du virus dans la zone où réside l’enfant et sa capacité à utiliser un masque correctement et en toute sécurité.

L’accès aux masques, ainsi que la possibilité de les laver ou de les remplacer dans certains contextes tels que les écoles, une supervision adéquate par un adulte et des instructions données à l’enfant sur le port doivent également être pris en compte.

D’autres facteurs clés pour les 6 à 11 ans sont les incidences potentielles sur l’apprentissage et le développement psychosocial et les interactions particulières de l’enfant avec d’autres personnes exposées à un risque élevé de développer une maladie grave, telles que les personnes âgées et celles souffrant d’autres affections préexistantes.

Plus généralement, l’OMS souligne que l’utilisation du masque chez les enfants de tout âge souffrant de troubles du développement, de handicaps ou d’autres problèmes de santé spécifiques ne devrait pas être obligatoire et devrait faire l’objet d’une évaluation au cas par cas.

L’OMS note par ailleurs que les enfants ne devraient pas porter de masque « lorsqu’ils font du sport ou pratiquent une activité physique, comme courir, sauter ou jouer sur un terrain de jeu, afin que cela ne gêne pas leur respiration », et appelle au maintien d’une distance d’au moins un mètre.

En ce qui concerne le type de masque, l’OMS explique que les enfants qui sont en bonne santé peuvent porter un masque non médical ou en tissu, et souligne que l’adulte qui fournit le masque doit s’assurer que le masque en tissu est de la bonne taille et qu’il couvre suffisamment le nez, la bouche et le menton.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV