vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Limiter la hausse de la température mondiale pour préserver la pêche

Publié le

Publié le 27/12/2016 à 15:53 - Mise à jour le 27/12/2016 à 15:53
Lecture < 1 min.

Les chercheurs ont simulé avec un modèle mathématique l’impact de différentes hausses de température sur les 892 espèces de poissons et d’invertébrés pêchés dans le monde. Leur conclusion est sans appel: Avec une hausse de 3,5 degrés, qui correspond au rythme actuel, le potentiel maximum de prises serait réduit de 8% à l’échelle mondiale et de seulement 2,5% avec 1,5 degré.

L’étude indique aussi que pour chaque degré de réchauffement en moins, les prises pourraient augmenter de plus de trois millions de tonnes par an et inversement, les scientifiques ont déterminé que pour chaque tonne métrique de dioxyde de carbone (CO2) rejetée dans l’atmosphère, le potentiel maximum de prises de pêche diminue dans d’importantes proportions.

Le changement climatique va ainsi probablement forcer des poissons à migrer vers des eaux plus froides pour survivre, ce qui aura un impact notable sur les quantités et les espèces pêchées à travers le monde.

Certaines régions seront affectées plus durement si le scénario d’un réchauffement de 3,5 degrés se concrétise. Ainsi, le potentiel maximum de prises pourrait chuter de 47% dans la zone très peuplée Indo-Pacifique (golfes du Bengale et de Thaïlande, Mer de Chine méridionale, mers de Sulu et de Célèbes).
 

Rédaction Web

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu