vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

L’État lance son plan pour le logement en Outre-mer, au moins 71,6 milliards de Fcfp promis

Publié le

Le gouvernement a lancé lundi un plan d'aide au logement en Outre-mer jusqu'en 2022, promettant de mobiliser au moins 600 millions d'euros (environ 71,6 milliards de Fcfp), mais sans se fixer d'objectifs précis de construction après l'échec d'un précédent plan à atteindre sa cible.

Publié le 02/12/2019 à 14:30 - Mise à jour le 02/12/2019 à 14:55
Lecture 2 minutes

Le gouvernement a lancé lundi un plan d'aide au logement en Outre-mer jusqu'en 2022, promettant de mobiliser au moins 600 millions d'euros (environ 71,6 milliards de Fcfp), mais sans se fixer d'objectifs précis de construction après l'échec d'un précédent plan à atteindre sa cible.

« On est enfin réunis » après « un processus (qui) pour certains a été défini comme lent », a ironisé Annick Girardin, ministre des Outre-Mer, avant de signer ce plan avec son homologue du Logement, Julien Denormandie.

Les détails de ce plan avaient déjà été annoncés cet été par les deux ministères, après plusieurs mois de concertation. Il prévoit « 200 millions d’euros (23,9 milliards de Fcfp) par année minimum sur les crédits du ministère de l’Outre-mer » durant les trois prochaines années, a rappelé Girardin.

Cette « ligne budgétaire unique » est une spécificité du logement social en Outre-mer. Contrairement à la métropole, où les HLM ne disposent quasiment plus de subventions de l’État, ces crédits permettent un financement direct par l’exécutif.

Mais pour l’heure, les objectifs fixés dans un précédent plan lancé en 2015 sous le quinquennat de François Hollande n’ont pas été atteints. Ce plan visait à construire ou réhabiliter 10 000 logements sociaux ultramarins par an. « Tout le monde ne s’était pas suffisamment approprié l’outil », a admis Girardin.

Le nouveau plan, qui prévoit par exemple l’introduction d’une aide à l’achat d’un logement spécifique à l’Outre-mer, ne fixe cette fois pas d’objectifs chiffrés en matière de logement social. Ce type d’objectif, « c’est du passé », a expliqué Girardin. « On nous reprochait : ‘Vous avez des objectifs quantitatifs, mais qualitatifs vous avez oublié’. »

Cette fois, l’approche sera ciblée en fonction des besoin des départements et territoires : chaque préfet doit établir son propre plan en cette fin d’année. Il faut « prendre en compte la réalité des territoires ultramarins », a résumé Denormandie, soulignant par exemple la difficulté d’y concilier à la fois normes antisismiques et anticycloniques.

Parallèlement au plan du gouvernement, les ministres ont signé un accord avec l’organisme paritaire Action Logement, géré par le patronat et le syndicat. 

Il prévoit d’engager 1,5 milliard d’euros (179 milliards de Fcfp) en Outre-mer, dans le cadre plus large d’un plan à neuf milliards d’euros (environ 1 billion de Fcfp), annoncé en début d’année.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV