samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Les pays pro-chasse sabordent la création d’un sanctuaire de baleines

Publié le

Publié le 10/09/2018 à 10:22 - Mise à jour le 10/09/2018 à 10:22
Lecture 3 minutes

Cette proposition, sur la table depuis près de vingt ans, était présentée par le Brésil, l’Argentine, le Gabon, l’Afrique du Sud et l’Uruguay. Pour être adoptée, elle devait obtenir 75% des votes de cet organisme comptant 89 pays.

Le texte a reçu le soutien de 39 membres, alors que 25 autres ont voté contre, Japon, Russie, Islande et Norvège en tête, et plusieurs se sont abstenus.

La proposition, défendue par des pays dépendant du tourisme d’observation des baleines, visait à créer un sanctuaire de 20 millions de kilomètres carrés dans l’Atlantique sud, qui abrite une cinquantaine d’espèces de cétacés.

>>> Lire aussi – Baleines : en cas d’échouage, faites appel au RLE

Deux sanctuaires existent actuellement, l’un dans l’océan Indien, l’autre dans l’océan Austral ou Antarctique où chasse le Japon.

Le ministre brésilien de l’Environnement Edson Duarte, dont le pays propose la création de ce sanctuaire à chaque réunion de la CBI depuis 2001, a fait part de sa déception mais s’est dit prêt à continuer à défendre ce projet. 

« En tant que ministre de l’Environnement d’un pays dont les forêts renferment 20% de la biodiversité mondiale, nous nous sentons particulièrement responsables de la gestion de notre richesse, pour le bien de la planète, et cela vaut pour les cétacés aussi », a-t-il déclaré sous les applaudissements d’une partie des délégués.

 Les ONG de défense de l’environnement ont également regretté ce vote. Pour Grettel Delgadillo, de l’association américaine Humane Society International (HSI), il s’agit d’une « amère déception ». C’est « une preuve de la mauvaise foi du bloc japonais, qui se livre en permanence à des intrigues. Cela augure mal des votes décisifs qui doivent intervenir plus tard cette semaine« , a-t-elle ajouté.

« Les pays de la région (hémisphère sud) veulent créer -et ont tous les droits de créer- un refuge pour les baleines constamment menacées (de mort) par la chasse commerciale, d’étranglement par les filets de pêche et de blessures par les collisions avec les bateaux », a ajouté Mme Delgadillo.

« Blocage destructeur »

La délégation japonaise milite pour un changement de la règle de vote au sein de la CBI, seul organe de gestion des grands cétacés. Le Japon, accusé de se livrer tous les ans à la chasse commerciale sous couvert de recherche scientifique, voudrait passer à un vote à la majorité simple, alors que les trois quarts sont nécessaires actuellement.

Cela faciliterait la tâche de ce pays qui entend mettre fin au moratoire sur la chasse aux cétacés dans un but commercial, datant de 1986. 

Selon le Japon, les stocks de certaines espèces se sont suffisamment reconstitués pour qu’elles puissent être à nouveau chassées, et exclure toutes les baleines de la chasse ne se justifie pas d’un point de vue environnemental.

>>> Lire aussi – Chasse à la baleine : l’Australie se dresse contre le Japon

Un vote à la majorité simple aurait aussi permis la création du sanctuaire, comme la souligné un des représentants de la délégation nippone.

Six des 89 pays membres n’ont pas envoyé de délégation au Brésil et sept autres nations, africaines pour la plupart, qui n’ont pas payé leur cotisation, n’ont pas été autorisées à prendre part au vote.

Nicolas Entrup, de l’ONG OceanCare, basée à Zurich en Suisse, a rappelé l’existence d’un plan de protection des baleines dans l’Atlantique sud qui a été adopté en 2017 à l’unanimité par les participants à la conférence de la Convention de Bonn sur la conservation des espèces migratrices (CMS). 

Dénonçant « le blocage destructeur de certains pays », il estiment que les membres de la CMS devrait aller de l’avant avec cette proposition alternative de sanctuaire sans attendre le feu vert de la CBI.

La Convention de Bonn sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, entrée en vigueur en 1983, énonce que les Etats doivent être les protecteurs des espèces migratrices qui vivent à l’intérieur ou qui traversent leurs juridictions nationales.

« Un sanctuaire dans la région aurait fourni une protection conséquente à toute une série d’espèces de dauphins et de baleines », a fait valoir Patrick Ramage, chargé des cétacés au Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw en anglais).

AFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

« We are Green » : un événement pour consommer local au centre...

L'association de la Plazza basse du centre Vaima en partenariat avec la fédération des horticulteurs Hei Tini Rau et la MFREO de Taharuu – Papara organise son premier événement "We are Green" ce samedi 30 mai de 8 heures à 13 heures au centre Vaima, à Papeete.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV