Les Outre-mer bien plus touchés par le diabète que la métropole

Publié le

Les principaux départements d'outre-mer sont bien plus touchés par le diabète que la métropole, montre une étude publiée mardi par l'agence de santé publique, une situation dont les causes apparaissent complexes à établir.

Publié le 14/11/2023 à 15:50 - Mise à jour le 14/11/2023 à 17:39

Les principaux départements d'outre-mer sont bien plus touchés par le diabète que la métropole, montre une étude publiée mardi par l'agence de santé publique, une situation dont les causes apparaissent complexes à établir.

« Notre étude rapporte une prévalence élevée du diabète connu dans les départements et régions d’outre-mer », résume cette enquête menée par des chercheurs de Santé publique France, auprès des habitants de la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion.

Cette étude estime que 12,0% des Guadeloupéens, 11,5% des Martiniquais, 11,6% des Guyanais et 13,6% des Réunionnais sont diabétiques – de type 1 ou type 2, le plus fréquent, confondus -, à comparer avec une proportion de 5,7% en métropole.

Les auteurs de l’étude, menée par l’épidémiologiste Sandrine Fosse-Edorh, avancent même que la proportion réelle est probablement plus élevée. 

– PUBLICITE –

En effet, ces chiffres n’incluent pas les habitants qui ont rapporté qu’on leur avait diagnostiqué un « petit diabète », une notion sans fondement médical mais qui leur laisse croire qu’ils sont touchés par une forme précoce et bénigne de cette pathologie. Ils compteraient pour 3% ou 4% de la population, selon les départements.

Cette proportion élevée de diabétiques n’est pas une surprise car elle va dans le sens d’observations déjà faites sur la population d’outre-mer. Toutefois, au vu de l’étude, les causes en apparaissent complexes à déterminer.

En effet, le surpoids et l’obésité, parmi les principaux facteurs de risques du diabète, ne sauraient apparaître comme seuls en cause, quand bien même ils sont plus répandus outre-mer.

Car, si l’on se limite aux seuls diabétiques, la part de personnes en surpoids n’y est pas plus élevée qu’en métropole. Dans la majorité des départements d’outremer – Guadeloupe, Guyane et Réunion -, elle est même moindre.

Cette situation pourrait être due à des « mécanismes physiopathologiques spécifiques du diabète de type 2 dans ces territoires », avancent les auteurs de l’étude.

Ces mécanismes pourraient favoriser un risque de diabète chez un individu au poids relativement peu élevé, ce qui n’est pas le cas chez les habitants d’autres régions comme en métropole.

Les auteurs pointent par ailleurs le manque de suivi médical des habitants d’outremer, que ce soit des niveaux de glycémie mal contrôlés ou, une fois le diabète déclaré, un traitement absent ou inadéquat.

Dernières news