samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Les offres d’emploi ont bondi en Nouvelle-Calédonie

Publié le

Publié le 17/08/2014 à 8:48 - Mise à jour le 17/08/2014 à 8:48
Lecture 2 minutes

Alors que les demandeurs d’emplois se multiplient en Polynésie française, atteignant le record de 17400, en Nouvelle-Calédonie ils ont légèrement augmenté au mois de juin pour atteindre 7374, mais les nouvelles offres d’emploi ont par contre beaucoup augmenté pour atteindre 1411 au mois de juin 2014, contre 866 un an auparavant.
Au premier trimestre à Tahiti les offres d’emploi ont diminué de 3% soit 630 postes offerts au cours du premier trimestre, en dessous de la moyenne de ces cinq dernières années qui était à 670. Sur un an la baisse de l’emploi de -1% est moins importante que celle observée en moyenne sur les cinq dernières années autour de -2,4%, mais les voisins calédoniens vivent une situation bien plus favorable.
Selon les chiffres du deuxième semestre 2014 publiés par l’IDC (Institut pour le développement des compétences en Nouvelle-Calédonie), la forte augmentation des postes à pourvoir est essentiellement liée au besoin d’enquêteurs pour le recensement de la population. Les métiers les plus offerts sont en effet pour 28 % des conduite d’enquêtes, devant la maçonnerie ou les travaux publics. Les métiers les plus demandés sont dans les travaux publics, les services domestiques et le secrétariat.
Une embellie qui peut se révéler éphémère mais qui offre des perspectives d’avenir bien plus roses qu’en Polynésie française.

Retrouvez le rapport complet de l’IDC en pièce jointe.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.