A VOIR

|

Les Nouvelles Calédoniennes ne sont plus disponibles en format papier

Publié le

Après 51 années d’existence, le format papier du quotidien iconique du territoire, "Les Nouvelles Calédoniennes", disparaît. Place au numérique et aux parutions en ligne, exit la distribution en kiosque. L’ultime numéro des "Nouvelles Calédoniennes" en format papier est sorti ce samedi 31 décembre. Le reportage de nos confrères d'Outremers360.

Publié le 02/01/2023 à 12:08 - Mise à jour le 02/01/2023 à 12:08
Lecture 2 minutes

Après 51 années d’existence, le format papier du quotidien iconique du territoire, "Les Nouvelles Calédoniennes", disparaît. Place au numérique et aux parutions en ligne, exit la distribution en kiosque. L’ultime numéro des "Nouvelles Calédoniennes" en format papier est sorti ce samedi 31 décembre. Le reportage de nos confrères d'Outremers360.

Depuis sa création en 1971, le quotidien “Les Nouvelles Calédoniennes” a su évoluer avec son temps, au fil des changements techniques et technologiques, pour marquer de son empreinte l’ensemble d’un territoire. En 2013, c’est un groupe d’actionnaires locaux qui rachète la célèbre Presse quotidienne régionale (PQR), incontournable sur le Caillou, mais la progression des médias numériques sera un véritable coup d’estoc porté au format papier. 

Les chiffres de ventes sont en baisse, au même titre que les revenus publicitaires engendrés. En parallèle, les coûts d’opération, d’impression, de maintenance, restent un lourd fardeau pour lé célèbre quotidien qui, suivant l’évolution de son environnement, choisi de se tourner vers de nouveaux horizons pour sa pérennité.

Pierrick Chatel, journaliste au sein des Nouvelles Calédoniennes, a évoqué ce changement profond au sein d’une rédaction rodée à l’exercice, au micro de Nouvelle-Calédonie la 1ère : « Çà fait quelque chose de ne plus avoir entre les mains ce papier journal. Mair pour autant on va continuer. Certes, c’est la fin du papier, mais ce n’est pas on plus la fin des « Nouvelles »; parce qu’on essaye de s’orienter sur des nouveaux créneaux comme la vidéo, on essaye de développer au maximum ce type de format, qui n’est pas notre métier de base, mais il faut savoir évoluer avec son temps ».

Pour Olivier Poisson, rédacteur en chef au sein des Nouvelles-Calédoniennes, ce changement vers le numérique s’accompagne aussi de quelques projets papiers, même si plus faiblement présents : « A partir de la fin de la fin de semaine prochaine, donc à partir de vendredi avec le « Coco Tv » que tout le monde connaît bien, on aura un nouveau magazine, qui sera le journal du week-end, et qui cherchera peut-être à se détacher un peu de l’actualité, et d’aller parler des sujets de société au niveau de la Calédonie ».

Ce changement de cap implique une certaine incompréhension au sein des équipes, journalistes en tête, qui craignent pour la pérennité du projet et de leurs emplois. Cependant, la direction du groupe plaide pour les effets positifs d’une réduction des charges de l’entreprise, grâce à ce passage au numérique, qui devrait permettre d’assainir la situation financière de l’iconique quotidien du territoire.