dimanche 27 septembre 2020
A VOIR

|

L’épreuve de surf aux JO devrait être « sanctuarisée » à Tahiti ou Hawaii, selon un membre du Comité olympique

Publié le

Guy Drut, membre du Comité international olympique (CIO) et ancien ministre des Sports, estime le projet de Paris-2024 "aujourd'hui obsolète, dépassé, déconnecté de la réalité" et appelle à "réinventer" le modèle des Jeux olympiques dans une tribune publiée par franceinfo dimanche.

Publié le 27/04/2020 à 15:41 - Mise à jour le 27/04/2020 à 15:41
Lecture 2 minutes

Guy Drut, membre du Comité international olympique (CIO) et ancien ministre des Sports, estime le projet de Paris-2024 "aujourd'hui obsolète, dépassé, déconnecté de la réalité" et appelle à "réinventer" le modèle des Jeux olympiques dans une tribune publiée par franceinfo dimanche.

« La crise que nous traversons impacte durablement notre quotidien, notre façon de vivre, notre économie, notre pacte social, notre choix de société. (…) Les Jeux olympiques et paralympiques ne font pas exception à ce nouveau contexte. Ils doivent eux aussi se réinventer », écrit Guy Drut.

Si, en pleine pandémie de nouveau coronavirus, la reprogrammation des JO-2020 à l’été 2021 s’imposait, « la réponse à cette crise peut-elle se traduire par le seul report de dates, sans que le modèle des Jeux, tant économique qu’organisationnel, soit également profondément repensé ? », s’interroge-t-il.

Lire aussi > JO 2024 : c’est confirmé, les épreuves de surf auront lieu à Tahiti

« Le beau projet que nous avons construit et porté en phase de candidature pour Paris-2024 est aujourd’hui obsolète, dépassé, déconnecté de la réalité », estime le champion olympique 1976 du 110 m haies.

« Il n’est plus en phase avec le réel. Si dans son esprit, il doit rester inchangé, il nous faut revoir ses moyens, et nous recentrer sur l’essentiel. La première nécessité, c’est de faire une réévaluation budgétaire de ce que vont coûter les JO de Paris-2024 », poursuit-il.

« Les Jeux d’hier ne seront pas les Jeux de demain. Nous devons l’accepter et imaginer ensemble un nouveau modèle », appelle l’ex-ministre des Sports (1995-1997) sous la présidence de Jacques Chirac, en invitant à « penser utile, sobre et responsable ».

« Nous devons les repenser pour les adapter, pour leur conserver leur adéquation au monde qui change. Ils ne pourront pas se tenir à n’importe quel prix, déconnectés de la réalité, en ‘marge’ du monde », complète-t-il.

Lire aussi > JO 2024 : après le surf à Tahiti, l’aviron de mer ?

Dans son texte, Guy Drut évoque deux pistes de réflexion destinées à contenir les coûts des JO : « sanctuariser certaines épreuves sur un seul et même site quel que soit le pays organisateur », « par exemple Tahiti ou Hawaii » pour le surf, illustre-t-il, et limiter le nombre de sports additionnels. « Même chose pour le canoë-kayak, où il faut construire une rivière artificielle à chaque nouvelle édition » poursuit-il. 

« Cela coûte très cher de construire de nouveaux équipements pour une épreuve qui dure seulement trois, quatre jours », justifie-t-il.

« Il faut garder l’unité de temps avec des JO qui se déroulent de telle date à telle date, mais (les unités) de lieu et d’action peuvent varier », ce qui permettrait de « réutiliser des sites existants« , considère l’ancien athlète.

SourceAFP

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV