mercredi 5 mai 2021
A VOIR

|

Le talc Johnson & Johnson soupçonné d’être à l’origine de cancers

Publié le

Publié le 01/05/2016 à 16:51 - Mise à jour le 01/05/2016 à 16:51
Lecture 2 minutes

C’est l’agence Reuters qui révèle l’information: Johnson & Johnson a été condamnée, par un tribunal américain, à verser 55 millions de dollars (5,7 milliards de francs pacifique) à une plaignante qui a déclaré avoir utilisé la poudre produite par la société, pour son hygiène intime. L’américaine a développé un cancer des ovaires. 

La société incriminée envisage de faire appel. C’est la deuxième fois qu’elle est condamnée pour les mêmes faits. En février, la justice du Missouri avait indemnisé la famille d’une femme morte d’un cancer des ovaires, après l’utilisation du talc et d’un gel douche pour bébé Johnson & Johnson.  La société avait alors été accusée d’avoir caché pendant des décennies que ses produits à base de talc pouvaient être cancérigènes. Les chefs d’accusation retenus : fraude, négligence et complot. Un millier de requêtes ont été déposées dans le Missouri, et 200 autres dans le New Jersey. 

Toujours selon Reuters: la porte parole de J&J , Carol Goodrich, a déclaré que ce verdict va à l’encontre de 30 ans de recherches garantissant la sécurité de ce produit. Elle précise que la société a l’intention de faire appel et de continuer à défendre la qualité de ses produits. 

Les études réalisées sur le sujet se contredisent. Des chercheurs affirment depuis plusieurs années que ce talc contient de l’amiante, selon la professeure en médecine familiale Ranit Mishori interrogée par le Huffington post canadien il y a deux mois. 

Suite à ce verdict, le cours des actions de la société a chuté de 18%. 

Laure Philiber avec Reuters
  

infos coronavirus