jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Le retour au fenua de Stéphanie Atger, polynésienne et députée de l’Essonne

Publié le

Depuis le 2 mai, une autre Polynésienne siège à l’Assemblée nationale. Stéphanie Atger, Polynésienne par son père, est la 6ème députée de l’Essonne. Cela fait 13 ans qu’elle n’était pas rentrée au fenua, et cette semaine, Stéphanie Atger a participé, à la conférence du groupe des parlements du Pacifique organisée par l’assemblée locale. Un retour au Pays riche en rencontres et observations… car celle qui est la seule Polynésienne à siéger dans les rangs du parti d’Emmanuel Macron, compte bien défendre les intérêts du fenua.

Publié le 15/09/2019 à 13:52 - Mise à jour le 03/02/2020 à 13:41
Lecture 2 minutes

Depuis le 2 mai, une autre Polynésienne siège à l’Assemblée nationale. Stéphanie Atger, Polynésienne par son père, est la 6ème députée de l’Essonne. Cela fait 13 ans qu’elle n’était pas rentrée au fenua, et cette semaine, Stéphanie Atger a participé, à la conférence du groupe des parlements du Pacifique organisée par l’assemblée locale. Un retour au Pays riche en rencontres et observations… car celle qui est la seule Polynésienne à siéger dans les rangs du parti d’Emmanuel Macron, compte bien défendre les intérêts du fenua.

« On représente la République, on représente son pays. On est élu national, on fait la loi. Je crois que ma fierté elle était là : de me dire « il y a votre nom dans l’hémicycle, à l’assemblée nationale ». Ce message est adressé à la famille Atger, dont fait partie Stéphanie. Née en France d’un père Polynésien et d’une mère demi Martiniquaise, elle revendique ses origines. 

Impliquée en politique depuis ses 18 ans, Stéphanie Atger, suppléante d’Amélie de Montchalin, est devenue officiellement députée le 2 mai dernier, alors que cette dernière est nommée secrétaire d’Etat aux Affaires européennes. « Je n’avais pas mesurer la fierté que ça pouvait donner. Quelque part, la Polynésie française ajoutait une représentante indirectement, dans l’hémicycle de l’assemblée nationale. »

> Lire aussi : Une Polynésienne devient députée En Marche dans l’Essonne

De retour dans sa famille, à Tahaa, le week end dernier, Stéphanie a été chaleureusement félicitée par les siens… « Je ne sais pas chez qui était la plus grande émotion ; chez moi ou chez eux. Tout le monde a voulu me voir. Ça a été quelque chose de très beau. Je retournais vraiment sur mon île. C’est très fort. Quand on revient on a l’impression qu’on est chez soi. Je n’ai pas pu voir tout le monde mais je leur ai promis que je les verrai au mois de décembre. »

Stéphanie Atger a intégré la commission des affaires culturelles de l’Assemblée et la délégation de l’Outre mer de l’Assemblée nationale. Elle participe également au groupe d’étude à vocation internationale, des Iles du Pacifique, présidé par Maina Sage. Et c’est à ce titre qu’elle a été invitée à la conférence des Parlements des Iles du Pacifique en début de semaine.

Unique Polynésienne à siéger dans le groupe de la République En Marche… Elle compte, en dehors de ses travaux pour sa circonscription, défendre les intérêts du fenua, et contribuer à la préparation de la visite d’Emmanuel Macron : « A mon retour en métropole, je vais faire des notes à destination du Président de la République, pour qu’il puisse s’en inspirer lors de sa venue en avril prochain. »

Stéphanie Atger a quitté la Polynésie avec de nombreuses idées : « je vais m’occuper plus spécifiquement de la prise en charge des  personnes âgées et en perte d’autonomie, et j’en ai donc profité pour rencontrer les ministres de la Santé et de la solidarité, pour prendre la dimension de ce qu’il se passe ici. Je viens aussi là pour dire qu’on peut s’inspirer, ici, de ce que fait la métropole mais je pense qu’on peut aussi s’inspirer beaucoup de ce que la Polynésie française peut développer, en terme de politiques publiques. J’étais assez impressionnée par le fonctionnement du Conseil économique. L’échange, le dialogue avec les corps intermédiaires et la société civile est très important. Il y a aussi un autre aspect : celui environnemental. On évalue l’urgence. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV