jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

Le retour au fenua de Stéphanie Atger, polynésienne et députée de l’Essonne

Publié le

Depuis le 2 mai, une autre Polynésienne siège à l’Assemblée nationale. Stéphanie Atger, Polynésienne par son père, est la 6ème députée de l’Essonne. Cela fait 13 ans qu’elle n’était pas rentrée au fenua, et cette semaine, Stéphanie Atger a participé, à la conférence du groupe des parlements du Pacifique organisée par l’assemblée locale. Un retour au Pays riche en rencontres et observations… car celle qui est la seule Polynésienne à siéger dans les rangs du parti d’Emmanuel Macron, compte bien défendre les intérêts du fenua.

Publié le 15/09/2019 à 13:52 - Mise à jour le 03/02/2020 à 13:41
Lecture 2 minutes

Depuis le 2 mai, une autre Polynésienne siège à l’Assemblée nationale. Stéphanie Atger, Polynésienne par son père, est la 6ème députée de l’Essonne. Cela fait 13 ans qu’elle n’était pas rentrée au fenua, et cette semaine, Stéphanie Atger a participé, à la conférence du groupe des parlements du Pacifique organisée par l’assemblée locale. Un retour au Pays riche en rencontres et observations… car celle qui est la seule Polynésienne à siéger dans les rangs du parti d’Emmanuel Macron, compte bien défendre les intérêts du fenua.

« On représente la République, on représente son pays. On est élu national, on fait la loi. Je crois que ma fierté elle était là : de me dire « il y a votre nom dans l’hémicycle, à l’assemblée nationale ». Ce message est adressé à la famille Atger, dont fait partie Stéphanie. Née en France d’un père Polynésien et d’une mère demi Martiniquaise, elle revendique ses origines. 

Impliquée en politique depuis ses 18 ans, Stéphanie Atger, suppléante d’Amélie de Montchalin, est devenue officiellement députée le 2 mai dernier, alors que cette dernière est nommée secrétaire d’Etat aux Affaires européennes. « Je n’avais pas mesurer la fierté que ça pouvait donner. Quelque part, la Polynésie française ajoutait une représentante indirectement, dans l’hémicycle de l’assemblée nationale. »

> Lire aussi : Une Polynésienne devient députée En Marche dans l’Essonne

De retour dans sa famille, à Tahaa, le week end dernier, Stéphanie a été chaleureusement félicitée par les siens… « Je ne sais pas chez qui était la plus grande émotion ; chez moi ou chez eux. Tout le monde a voulu me voir. Ça a été quelque chose de très beau. Je retournais vraiment sur mon île. C’est très fort. Quand on revient on a l’impression qu’on est chez soi. Je n’ai pas pu voir tout le monde mais je leur ai promis que je les verrai au mois de décembre. »

Stéphanie Atger a intégré la commission des affaires culturelles de l’Assemblée et la délégation de l’Outre mer de l’Assemblée nationale. Elle participe également au groupe d’étude à vocation internationale, des Iles du Pacifique, présidé par Maina Sage. Et c’est à ce titre qu’elle a été invitée à la conférence des Parlements des Iles du Pacifique en début de semaine.

Unique Polynésienne à siéger dans le groupe de la République En Marche… Elle compte, en dehors de ses travaux pour sa circonscription, défendre les intérêts du fenua, et contribuer à la préparation de la visite d’Emmanuel Macron : « A mon retour en métropole, je vais faire des notes à destination du Président de la République, pour qu’il puisse s’en inspirer lors de sa venue en avril prochain. »

Stéphanie Atger a quitté la Polynésie avec de nombreuses idées : « je vais m’occuper plus spécifiquement de la prise en charge des  personnes âgées et en perte d’autonomie, et j’en ai donc profité pour rencontrer les ministres de la Santé et de la solidarité, pour prendre la dimension de ce qu’il se passe ici. Je viens aussi là pour dire qu’on peut s’inspirer, ici, de ce que fait la métropole mais je pense qu’on peut aussi s’inspirer beaucoup de ce que la Polynésie française peut développer, en terme de politiques publiques. J’étais assez impressionnée par le fonctionnement du Conseil économique. L’échange, le dialogue avec les corps intermédiaires et la société civile est très important. Il y a aussi un autre aspect : celui environnemental. On évalue l’urgence. »

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.