vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Le récit des deux Américaines naufragées dans le Pacifique remis en question

Publié le

Publié le 06/11/2017 à 10:22 - Mise à jour le 06/11/2017 à 10:22
Lecture 2 minutes

Fin octobre, leur histoire avait fait le buzz. Deux Américaines avaient été secourues après cinq mois passés à dériver dans le Pacifique à bord d’un bateau. Petit bémol: leur récit est remis en cause par des experts qui y ont relevé des incohérences.

Parmi celles-ci, des interrogations concernant la non-utilisation de leur balise de détresse, alors qu’elles en possédaient une à bord. Les explications qu’elles ont données ne satisfont pas les médias et les experts. Il faut dire qu’elles sont plutôt ambiguës. Selon les deux femmes, si elles n’ont pas déclenché leur balise ce serait parce « qu’elle ne doit être utilisée qu’en cas de menace physique ou de danger de mort très imminent ».

On peut légitimement se poser la question, si cinq mois en perdition en pleine mer n’entrent pas dans ce critère, même si les deux femmes avaient un stock de nourriture à bord, constitué de pâtes, de riz et de flocons d’avoine.

Après leur sauvetage, elles racontaient également avoir subi une attaque de requins-tigres pendant une nuit au cours de laquelle elles n’avaient dû leur salut qu’à la robustesse de leur coque. « Une histoire peu crédible » selon des experts.

Autre point litigieux, une « redoutable tempête » au large des Îles Hawaii, qu’elles auraient essuyée et suite à laquelle leur moteur était tombé en panne d’où leur dérive dans l’océan. Les météorologistes n’auraient relevé aucune trace de ce phénomène.

De plus, si elles avaient songé à faire demi-tour, elles auraient abandonné cette idée, arguant « que les îles accessibles n’avaient pas de port adapté à la taille de leur bateau », ce que contestent de nombreux médias, dont le Guardian. Les îles en question étant Maui et Lanai dans l’archipel de Hawaii.
 
Alors « mythos » ou juste incohérences dans le récit liées au trauma de leur aventure ? Pour l’heure, les deux navigatrices maintiennent leur version des faits. 

 

Rédaction web

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu