vendredi 3 décembre 2021
A VOIR

|

Le passé d’Alain Mafart ressurgit à cause d’une photo

Publié le

Publié le 13/12/2016 à 9:28 - Mise à jour le 13/12/2016 à 9:28
Lecture < 1 min.

Alain Mafart lors d’un reportage au parc aux singes de Jigokudani, au Japon,  a rapporté une photo qui fait partie de la sélection du Musée d’histoire naturelle de Londres pour son concours annuel de photographie de nature.

Or, dans sa première vie, Alain Mafart a participé au sabotage du Rainbow Warrior, le navire de Greenpeace dans le port d’Auckland (Nouvelle-Zélande) où Fernando Pereira, photographe militant pour la défense de l’environnement a trouvé la mort. L’ agent de la DGSE, avait été condamné à dix ans de prison pour “homicide involontaire” par la justice néo-zélandaise.

Pressenti pour être nommé  “photographe animalier de l’année” par le Musée d’histoire naturelle de Londres, cette nomination a fait bondir Greenpeace.

“Les qualités techniques et artistiques de la photo d’Alain Mafart ne font aucun doute, assure John Sauven, directeur de l’organisation au Royaume-Uni. Mais nous voulons que les gens sachent qui est cet homme et de quoi il a été responsable. Il a tué un photographe de l’environnement au cours d’un acte de terrorisme d’Etat. Il convient que le Muséum d’histoire naturelle retire cette candidature.”
 

Rédaction Web avec Philippe Bernard du Monde

infos coronavirus