Le Moyen-Orient plonge dans l’inconnu avec les frappes contre l’Iran imputées à Israël

Publié le

Après des années de pression américaine sur son allié israélien pour qu'il fasse preuve de retenue, l'attaque contre l'Iran imputée à Israël plonge la diplomatie occidentale dans l'inconnu.

Publié le 19/04/2024 à 14:29 - Mise à jour le 19/04/2024 à 14:29

Après des années de pression américaine sur son allié israélien pour qu'il fasse preuve de retenue, l'attaque contre l'Iran imputée à Israël plonge la diplomatie occidentale dans l'inconnu.

L’Iran et Israël se livrent depuis longtemps une guerre de l’ombre, entre assassinats de scientifiques iraniens spécialisés dans le nucléaire et attaques contre Israël menées par des alliés de la République islamique, comme le Hezbollah libanais.

Durant tout ce temps, les Etats-Unis ont fait de la prévention d’une guerre de grande ampleur leur priorité absolue. Mais l’attaque du Hamas le 7 octobre, la plus meurtrière jamais menée contre Israël, a changé la donne et renforcé la détermination israélienne, poussant le président américain Joe Biden et son gouvernement à tenter de limiter plutôt qu’empêcher un embrasement dans la région.

Les attaques iraniennes et israéliennes sont « un réel cap car elles changent complètement la donne et les règles entre les deux adversaires », considère Merissa Khurma, directrice du programme Moyen-Orient du think tank américain Wilson Center.

« Elles ont aussi exacerbé les tensions dans toute la région. Le spectre d’une guerre de grande ampleur est devenu une possibilité à prendre très au sérieux pour de nombreux pays de la région« , a-t-elle ajouté.

Tôt vendredi, des explosions ont été entendues près d’une base militaire dans la région d’Ispahan dans le centre de l’Iran. Mais les autorités iraniennes ont minimisé l’impact des explosions et n’ont pas accusé directement Israël, qui ne les a pas revendiquées.

Des médias américains ont affirmé qu’il s’agissait d’une opération israélienne menée en riposte à une attaque iranienne inédite aux drones et aux missiles contre Israël le 13 avril. Israël a juré de faire payer à l’Iran, son ennemi juré, le prix de son attaque.

 Forcer l’Iran

Les frappes de Téhéran étaient à leur tour une vengeance de la destruction imputée à Israël, le 1er avril, d’un bâtiment diplomatique iranien en Syrie, qui a tué sept militaires iraniens, dont deux hauts gradés.

Selon Alex Vatanka, directeur du programme pour l’Iran de l’ONG Middle East Institute, l’objectif d’Israël est de forcer l’Iran, son ennemi depuis la révolution islamique de 1979 qui a renversé le pouvoir pro-occidental, à repenser sa stratégie: des combattants mobilisables partout dans la région, que ce soit en Irak, au Liban, en Syrie ou au Yémen.

« C’est un modèle très simple dans le sens où l’Iran se bat contre ses adversaires dans la région en faisant en sorte de ne pas avoir à se battre à l’intérieur du territoire iranien« , analyse M. Vatanka.

« Ce calcul de base est mis à l’épreuve à cause de ce que les Israéliens ont fait. Délibérément, j’en suis sûr« , ajoute-t-il.

Joe Biden et son prédécesseur démocrate Barack Obama ont tous deux opté pour la diplomatie plutôt qu’une action militaire contre l’Iran. Barack Obama a négocié en 2015 l’accord sur le nucléaire iranien.

Mais Donald Trump, adversaire de Joe Biden pour la Maison Blanche en novembre, l’avait réduit en morceaux et imposé des sanctions radicales qui ont impacté l’économie iranienne, mais n’ont pas stoppé la stratégie régionale de Téhéran.

Succès diplomatique à venir ?

Dans la frappe vendredi qui lui est imputée, Israël semble avoir évité de viser les sites nucléaires iraniens, même si son message était sans équivoque, la région d’Ispahan hébergeant l’installation nucléaire clé de Téhéran.

Les responsables américains craignent qu’une frappe israélienne s’écrase sur les installations nucléaires de l’Iran et déclenche une guerre de grande ampleur avec une réponse iranienne.

L’administration de Joe Biden martèle depuis plusieurs jours qu’elle ne veut pas « d’une guerre étendue avec l’Iran« . Les frappes iraniennes et israéliennes ont suscité des critiques, tant à gauche qu’à droite du spectre politique américain, selon lesquelles l’administration de Joe Biden n’a pas réussi à atteindre l’objectif clé qu’elle s’était fixé après le 7 octobre, à savoir prévenir une guerre régionale.

Le secrétaire d’État Antony Blinken s’est efforcé d’envoyer un message à Téhéran par l’intermédiaire de ses homologues chinois, turc et, entre autres, allemand.

« Les efforts diplomatiques de la semaine dernière ont été axés sur la désescalade et, pour l’instant, il semble qu’ils aient été couronnés de succès« , analyse Merissa Khurma.

Dernières news