dimanche 28 février 2021
A VOIR

|

Le Forum des îles du Pacifique affaibli après le départ de nouvelles nations

Publié le

Le Forum des îles du Pacifique (FIP) est plongé mardi dans une profonde crise après l'annonce du départ de cette organisation de quatre nouvelles îles à la suite d'un conflit autour de l'élection de son secrétaire général, ce qui pourrait amoindrir son influence en matière de réchauffement climatique.

Publié le 09/02/2021 à 15:42 - Mise à jour le 09/02/2021 à 15:42
Lecture 2 minutes

Le Forum des îles du Pacifique (FIP) est plongé mardi dans une profonde crise après l'annonce du départ de cette organisation de quatre nouvelles îles à la suite d'un conflit autour de l'élection de son secrétaire général, ce qui pourrait amoindrir son influence en matière de réchauffement climatique.

Les États fédérés de Micronésie, les îles Marshall, Nauru et Kiribati ont déclaré quitter le FIP comme l’ont déjà fait les Palaos la semaine dernière.

Ils sont en colère après l’échec de leur candidat au poste de secrétaire général du Forum. C’est l’ancien Premier ministre des îles Cook, Henry Puna, qui a été élu la semaine dernière.

« Les présidents micronésiens ont décidé de manière conjointe que les cinq nations lanceront le processus légal afin de se retirer du Forum des îles du Pacifique », ont déclaré mardi les dirigeants dans un communiqué commun.

Les nations micronésiennes avaient fait valoir que leur tour était venu de choisir le secrétaire général du forum, dans le cadre d’un accord informel en vigueur depuis des décennies. 

Elles estiment que cette élection a mis en évidence l’influence des pays du Pacifique Sud au sein du FIP.

« Le forum a perdu son but initial qui était d’être un organisme régional », a souligné le président de Nauru, Lionel Aingimea, dans un communiqué.

Cette organisation de 18 membres, composée de petits États insulaires ainsi que de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie, est également un acteur dans cette région où Pékin et Washington se disputent leur influence.

Compte-tenu de leur faible altitude, ces petites îles du Pacifique sont en première ligne face au changement climatique, en raison de leur exposition à l’élévation du niveau de la mer et aux cyclones. 

Elles entendent ainsi peser sur la communauté internationale afin que des mesures significatives soient prises pour réduire les émissions de CO2. 

Une scission dans ses rangs permettrait à la Chine de renforcer son influence sur ces nations insulaires peu peuplées mais d’une grande importance stratégique, ce qui ne manquerait pas d’inquiéter les États-Unis et l’Australie.

Le Forum n’avait pas réagi mardi à la mi-journée mais la semaine dernière, après l’annonce du départ des Palaos, Kausea Natano, qui préside le FIP, avait soutenu « fermement » le nouveau secrétaire général, Henry Puna.

« Il s’agissait d’une décision consensuelle conforme à un processus convenu », avait-t-il déclaré. 

infos coronavirus