vendredi 3 juillet 2020
A VOIR

|

Le difficile métissage du Caillou

Publié le

Publié le 16/11/2018 à 14:48 - Mise à jour le 16/11/2018 à 14:48
Lecture 2 minutes

Aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie, même les tribus sont métissées. Un joueur de football s’est marié avec une Tahitienne rencontrée à Tahiti ; un autre est tombé amoureux d’une Wallisienne croisée au marché. Les demis sont partout.
 
À Nouméa, Emmanuelle Darman vit à cent à l’heure. Cette chanteuse métisse indonésienne et métropolitaine ne souffre pas du racisme, mais regrette les tensions autour du référendum. Pour elle, les métis ne sont pas intégrés dans le projet calédonien.
 
« J’ai l’impression qu’on ne parle que de la communauté kanak et de la communauté européenne, confie-t-elle. Sauf que moi, certes ma maman est Lorraine, mais elle est arrivée ici quand elle avait deux ans, aujourd’hui elle en a 62, donc elle est Calédonienne, et je suis Calédonienne aussi. Finalement, on ne se retrouve pas aussi facilement qu’on pense dans ce genre de…, je n’ai pas envie de dire combat parce que c’est super péjoratif, mais en tout cas dans ce questionnement-là de communautés, que ce soit kanak ou comme on le dit ici, Blanc. Moi, je suis ni l’un ni l’autre. »

Le dernier référendum sur le Caillou indiquait que 39 % des Calédoniens sont kanak, et 27 % d’origine européenne. Mais il y a aussi des Wallisiens, des Tahitiens, des Indonésiens… et surtout beaucoup de métis. Certains ont du mal à trouver leur place, comme Lorenzo Kasovimoin, métis kanak et tahitien.
 
« Mon problème est que, quand je sors de chez moi, il y a des Mélanésiens d’ici qui m’agressent pour voir si je suis un Blanc, un Wallisien ou même un Arabe. En tant que métisse, j’ai du mal à vivre avec ça. »

Vaihere Mata, elle, se définit comme Tahitienne, même si elle a également des origines chinoise et métropolitaine. Elle parvient à s’adapter aux différents groupes ethniques, mais déplore les stéréotypes.
 
« Dès qu’il y a un problème, c’est de la faute des Kanak. Dès qu’il y a de la musique trop forte, c’est de la faute des Tahitiens ou des Wallisiens. Dès qu’il y a un problème financier, c’est de la faute des Zoreilles, énumère-t-elle. Si ça se trouve, c’est un Caldoche, on n’en sait rien, mais voilà, ce sont des stéréotypes et tout de suite on va se dire c’est untel en parlant de son origine. »
 
La fameuse notion de « vivre ensemble » des Calédoniens a partiellement réussi. Malgré leurs a priori, les ethnies s’acceptent mutuellement, en dehors d’une minorité ouvertement raciste. Mais ces groupes sociaux vivent les uns à côté des autres plus que véritablement ensemble. En attendant que tout le monde soit métissé…
 
 

Rédaction web avec Mike Leyral

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La pandémie « est loin d’être finie » et « s’accélère », avertit...

La pandémie de Covid-19, qui vient de franchir deux seuils symboliques, plus d’un demi-million de morts et dix millions de cas, "est loin d'être finie" et "s'accélère" même, a averti lundi l'Organisation mondiale de la santé (OMS), appelant le monde à se mobiliser dès à présent sans attendre un vaccin.

Taputapuatea : le projet d’une ferme pilote bio d’un...

Sur les 25 dossiers polynésiens soumis au projet "PROTEGE", 7 ont été retenus. Parmi eux, la ferme pilote bio de Mathieu Boucher, située à Raiatea. Son objectif est d’améliorer les connaissances techniques en matière d’agriculture biologique pour créer un modèle de ferme exploitable individuellement.

Municipales 2020 : résultats du second tour en Polynésie...

!function(e,i,n,s){var t="InfogramEmbeds",d=e.getElementsByTagName("script");if(window&&window.initialized)window.process&&window.process();else if(!e.getElementById(n)){var o=e.createElement("script");o.async=1,o.id=n,o.src="https://e.infogram.com/js/dist/embed-loader-min.js",d.parentNode.insertBefore(o,d)}}(document,0,"infogram-async");Municipales 2020 2nd tour : les résultats par communeInfogram Maires élus au 1er tour

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV