samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Le cyclone tropical Harold se renforce en s’abattant sur les Tonga, pas de risque pour la Polynésie

Publié le

Le cyclone meurtrier Harold s'était renforcé en catégorie 5 lorsqu'il a frappé jeudi les îles Tonga après avoir provoqué d'importants dégâts dans le Pacifique Sud. Dans un communiqué, Météo France explique que Harold ne présente pas une menace directe pour la Polynésie française.

Publié le 08/04/2020 à 17:37 - Mise à jour le 08/04/2020 à 17:39
Lecture 2 minutes

Le cyclone meurtrier Harold s'était renforcé en catégorie 5 lorsqu'il a frappé jeudi les îles Tonga après avoir provoqué d'importants dégâts dans le Pacifique Sud. Dans un communiqué, Météo France explique que Harold ne présente pas une menace directe pour la Polynésie française.

Les Tonga ont déclaré l’état d’urgence mercredi soir, mettant en garde la population contre des risques de vents violents et de forte houle. 

La police du royaume a fait état jeudi matin de coupures d’électricité dans certains régions du pays alors que les vents s’intensifiaient, accompagnés de fortes précipitations.

Le brusque renforcement de la puissance de ce cyclone a surpris, de l’aveu même des météorologistes. 

Harold a fait 27 morts dans les Salomon début avril, avant de se renforcer en un cyclone de catégorie 5, la plus dangereuse, quand il a frappé lundi l’île d’Espiritu Santo, la plus grande de l’archipel de Vanuatu.

Il n’a fait aucune victime au Vanuatu mais les secours ont indiqué que nombre d’habitants des zones les plus touchées se sont réfugiés dans des abris.

Le cyclone tropical était de catégorie 4 lorsqu’il a frappé mercredi les Fidji avec des vents allant jusqu’à 240 km/h.

Il s’est à nouveau renforcé en se dirigeant vers les Tonga. 

« C’était difficile à prévoir », a affirmé à l’AFP, Bill Singh, météorologiste pour le service météo de Nouvelle-Zélande.

« Nous savions quelle trajectoire il allait suivre mais, au début, tout le monde pensait qu’il serait de catégorie 3 ou 4. Au fur et à mesure de son avancée dans les eaux chaudes, il s’est renforcé », a-t-il expliqué.

Harold devrait s’éloigner des Tonga dans la journée de jeudi pour se diriger vers le large. 

Cependant, Philip Duncan, responsable des prévisions pour le site néo-zélandais WeatherWatch.co.nz., a reconnu n’avoir aucune certitude à ce sujet.

La Croix-Rouge a indiqué qu’une évaluation des dégâts était toujours en cours aux Fidji et aux Vanuatu, où les communications avec les îles éloignées ont été coupées pendant plusieurs jours.

La pandémie de Covid-19 a compliqué les opérations de secours aux Vanuatu, qui cherche à demeurer l’un des rares pays de la planète à n’avoir enregistré aucun cas de nouveau coronavirus.

En Polynésie, Météo France assure dans un communiqué que Harold ne présente pas une menace directe. Le cyclone tropical devrait passer à environ 1000 kilomètres au Sud des Australes du Nord vendredi 10 avril matin et à 1000 kilomètres au Sud de Rapa vendredi soir.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV