A VOIR

|

Le changement climatique menace un milliard d’enfants déclare une ONG

Publié le

Les effets du changement climatique menacent un milliard d'enfants et, globalement, le niveau de vie des mineurs dans le monde ne s'est pas amélioré au cours de la dernière décennie, a déclaré mercredi l'ONG KidsRights.

Publié le 18/10/2022 à 14:56 - Mise à jour le 18/10/2022 à 14:56
Lecture 2 minutes

Les effets du changement climatique menacent un milliard d'enfants et, globalement, le niveau de vie des mineurs dans le monde ne s'est pas amélioré au cours de la dernière décennie, a déclaré mercredi l'ONG KidsRights.

La pandémie de Covid-19 a également eu un impact important sur les mineurs, parfois privés de nourriture ou de médicaments en raison de perturbations dans le secteur de la santé, entraînant la mort de quelque 286 000 enfants de moins de cinq ans, a indiqué l’ONG néerlandaise dans une étude annuelle.

Publié chaque année, le “KidsRights Index” classe 185 pays en fonction de leur respect de la Convention internationale des droits de l’enfant, sur la base de données de l’ONU.

L’Islande, la Suède, la Finlande et les Pays-Bas occupent les premières places du classement 2022, fermé par la République centrafricaine, la Sierra Leone, l’Afghanistan et le Tchad.

L’étude 2022 est “alarmante pour nos générations d’enfants actuelles et futures”, a déclaré dans un communiqué Marc Dullaert, fondateur et président de KidsRights. “Un climat en évolution rapide menace aujourd’hui leur avenir et leurs droits fondamentaux”, a souligné M. Dullaert. “Il n’y a pas eu de progrès significatif dans le niveau de vie des enfants au cours de la dernière décennie et, en plus, leurs moyens de subsistance ont été gravement touchés par la pandémie de Covid-19”, a-t-il ajouté.

Pour la première fois en deux décennies, le nombre d’enfants qui travaillent est passé à 160 millions, soit une augmentation de 8,4 millions au cours des quatre dernières années, selon le “KidsRights Index”, compilé avec l’Université Erasmus de Rotterdam.

L’étude salue toutefois les progrès effectués par certains pays. L’Angola a réduit de plus de moitié la mortalité des enfants de moins de cinq ans, tandis que le Bangladesh a réduit de près de moitié le nombre des moins de cinq ans souffrant d’insuffisance pondérale. La Bolivie a de son côté presque réduit de moitié son nombre d’accidents d’enfants au travail.

Deuxième l’an dernier, la Suisse dégringole quant à elle à la 31e place “en raison de la mise en œuvre insuffisante par le pays du principe de l’+intérêt supérieur de l’enfant+ dans les décisions qui concernent les enfants”, a souligné l’ONG.

D’autres pays ont été épinglés par le rapport, notamment le Nigeria, 175e, pour le taux élevé de décès de mères pendant l’accouchement, et le Monténégro, 49e, en raison du faible taux de vaccination.