dimanche 12 juillet 2020
A VOIR

|

Lauréate des « Territoires d’innovation », la Calédonie mise sur la mer de Corail

Publié le

Les autorités de Nouvelle-Calédonie ont vanté mardi les potentiels de croissance du Parc naturel de la mer de Corail, après la distinction de l'archipel parmi les 24 lauréats du projet "Territoires d'Innovation" du gouvernement.

Publié le 17/09/2019 à 10:03 - Mise à jour le 17/09/2019 à 10:25
Lecture 2 minutes

Les autorités de Nouvelle-Calédonie ont vanté mardi les potentiels de croissance du Parc naturel de la mer de Corail, après la distinction de l'archipel parmi les 24 lauréats du projet "Territoires d'Innovation" du gouvernement.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vendredi les 24 lauréats de l’action « Territoires d’innovation », dotée d’une enveloppe globale de 450 millions d’euros (Environ 54 milliards de Fcfp)

En Nouvelle-Calédonie, le seul territoire d’outre-mer retenu, le projet va permettre d’injecter 15 millions d’euros (environ 1.8 milliard de Fcfp) en subvention ou en prises de participation dans des projets innovants en lien avec le Parc naturel de la mer de Corail, vaste d’1,3 million de kilomètres carrés autour de l’archipel.

En charge du dossier au sein de l’exécutif, Philippe Germain, ancien président du gouvernement, s’est réjoui que 15 entreprises aient participé, précisant que certaines étaient prêtes « à démarrer dès 2020 » pour de l’observation « avec l’imagerie satellite, des bouées intelligentes ou des drones sous-marins ».        

L’un des projets consiste à déployer le premier « smart câble » du monde, entre la Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu. Il fournira des informations sur l’impact du changement climatique et aidera à mettre en oeuvre des systèmes d’alerte précoces en cas de catastrophes naturelles, notamment de tsunamis.       

« Ce sont des capteurs qui vont être installés sur les répéteurs de signal d’un câble de 700 à 800 kilomètres, dans un délai de 5 ans. Dans cette zone à forte sismicité, plus on aura en temps réel l’information d’un mouvement sismique sous-marin, plus vite on pourra prévenir la population », a expliqué Philippe Gervolino, directeur général de l’OPT (Office des postes et télécommunications).         

La valorisation de micro-organismes marins pour la cosmétique, le recyclage à 100% des bateaux de plaisance en fin de vie ou encore la création d’une ferme corallienne pour restaurer des sites dégradés figurent également au rangs des innovations.

Fruit de partenariats entre acteurs scientifiques, économiques et institutionnels, le programme est géré par la Caisse des dépôts et consignation.

« L’objectif est de faire de la valorisation et de la préservation de notre biodiversité, un modèle et un nouveau pilier de croissance. Nous sommes un hotspot de la biodiversité mondiale et devons incarner cette image », a déclaré à la presse M. Germain.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Surf : Kauli Vaast remporte la Coupe de la...

Le jeune surfeur du fenua a remporté avec brio ce mardi la première édition de la Coupe de la Fédération Française de surf qui avait lieu à Hossegor, dans les Landes.

Covid 19 : preuves émergentes sur la transmission par...

Un groupe de 239 scientifiques internationaux a appelé lundi les autorités de santé de la planète et en particulier l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à reconnaître que le nouveau coronavirus peut se propager dans l'air bien au-delà de deux mètres et à recommander par conséquent une ventilation vigoureuse des espaces publics intérieurs.

Foncier : les modalités de cession de terres au...

Le ministre de l’Économie verte, ministre en charge des affaires foncières, Tearii Alpha, a convié le président Edouard Fritch à ouvrir, lundi, la matinée de présentation de la mesure de restitution des terres de Rurutu et de Rimatara pour les familles pouvant prétendre à disposer de droits fonciers dans ces deux îles. Cette réunion, qui a rassemblé plus de 400 personnes, s’est tenue dans un des amphithéâtres de l’Université de la Polynésie française, à Punaauia.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV