vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

L’assemblée nationale vote le budget Outre-mer 2020

Publié le

L'Assemblée nationale a adopté mercredi soir le budget du ministère des Outre-mer pour 2020, qui s'élève à quelque de 2,5 milliards d'euros (298,3 milliards de Fcfp), en baisse de 100 millions d'euros (11,9 milliards de Fcfp) par rapport à 2019, notamment en raison de crédits non consommés.

Publié le 06/11/2019 à 15:08 - Mise à jour le 06/11/2019 à 15:23
Lecture 2 minutes

L'Assemblée nationale a adopté mercredi soir le budget du ministère des Outre-mer pour 2020, qui s'élève à quelque de 2,5 milliards d'euros (298,3 milliards de Fcfp), en baisse de 100 millions d'euros (11,9 milliards de Fcfp) par rapport à 2019, notamment en raison de crédits non consommés.

« À périmètre constant », le budget de la mission Outre-mer s’élève à 2,6 milliards d’euros (310,2 milliards de Fcfp) en autorisations d’engagement (nouvelles dépenses que le ministère peut réaliser chaque année) mais à 2,5 milliards (2,45 hors exonération de charges) soit 298,3 milliards de Fcfp seulement en crédits de paiement, en baisse de 100 millions d’euros (11,9 milliards de Fcfp) par rapport à 2019, a expliqué la ministre des Outre-mer Annick Girardin. Mais « les autorisations d’engagement sont maintenues à un niveau très élevé, c’est historiquement l’un des plus gros budgets Outre-mer », a-t-elle insisté.

La baisse des crédits de paiement s’explique notamment par « des crédits non consommés », pour 66 millions d’euros soit 7,9 milliards de Fcfp, a-t-elle expliqué, mettant notamment en avant un manque d’ingénierie locale pour porter les projets. « Il n’est pas acceptable de voir la faute rejetée sur les opérateurs et les collectivités », a dit Jean-Michel Clément (Libertés et territoires). « Nous ne sommes pas des incapables », a déclaré le député PS de Martinique Serge Letchimy. « À aucun moment je n’exonère l’État de sa responsabilité dans le retard qu’ont pris un certains nombre d’opérations dans les territoires », a répondu Mme Girardin, précisant avoir demandé un inventaire précis des crédits qui n’ont pas pu être consommés, et proposant un groupe de travail sur le sujet avec les parlementaires.

Plusieurs députés ont dénoncé la baisse des crédits pour le logement. « Cette année, les moyens en logement sont les plus faibles de ces dernières années », selon Nicole Sanquer (Polynésie, UDI-Agir). « 215 millions d’euros (346,1 milliards de Fcfp) en autorisation d’engagement, la somme n’est pas à la hauteur des besoins des Outre-mer, mais je reste malheureusement persuadée qu’on ne sera pas capable en 2020 de consommer la totalité des crédits », a regretté Mme Girardin.

Après une succession d’amendements de tous les partis demandant d’augmenter les crédits pour améliorer l’aide à la mobilité entre les Outre-mer et l’Hexagone, la ministre a annoncé un groupe de travail pour revoir les conditions d’éligibilité aux aides à l’achat de billets d’avions, trop restrictives actuellement. « Il faut arrêter de reporter à demain, à quoi ça sert d’être ministre des Outre-mer si vous ne vous mettez pas à la place des Ultramarins », s’est emportée un peu plus tard Nadia Ramassamy (La Réunion, LR), l’accusant de « ne pas être née en Outre-mer »« Vous n’entendez pas la souffrance du peuple, c’est une cure d’austérité », a affirmé Jean-Luc Ratenon (La Réunion, LFI).

Un amendement pour augmenter d’un million d’euros soit 119,3 millions de Fcfp l’aide au retour des défunts pour les familles défavorisées a été adopté. Un autre a augmenté de 100 000 euros (11,9 millions de Fcfp) les crédits pour permettre l’insertion économique des départements d’outre-mer dans leur bassin maritime. 

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

La légende du lion, le retour du roi à...

Plus d'une heure de spectacle dans lequel une dizaine d'artistes danseurs, chanteurs, comédiens, donnent vie à des chansons originales et inédites, vêtus de costumes fabriqués dans la pure tradition africaine : La comédie musicale La légende du lion, le retour du roi sera jouée à Tahiti en octobre.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV