L’Asie-Pacifique enregistre à son tour une série de records de température

Publié le

De l'Inde à l'Australie en passant par le Japon, la région Asie-Pacifique a enregistré une série de records de température cet été, dans la lignée de ceux relevés ailleurs dans le monde et qui marquent un nouveau signe tangible du changement climatique sur Terre.

Publié le 01/09/2023 à 14:32 - Mise à jour le 01/09/2023 à 14:32

De l'Inde à l'Australie en passant par le Japon, la région Asie-Pacifique a enregistré une série de records de température cet été, dans la lignée de ceux relevés ailleurs dans le monde et qui marquent un nouveau signe tangible du changement climatique sur Terre.

L’Inde, depuis peu le pays le plus peuplé de la planète, a connu le mois d’août le plus chaud et sec depuis le début des relevés il y a plus d’un siècle, a indiqué vendredi le bureau météorologique indien.

« Les températures moyennes et maximales en août 2023 ont été les plus élevées depuis 1901 », a indiqué l’agence indienne (IMD), attribuant principalement ce record « à un déficit de précipitations et à une faible mousson ».

Le mois d’août tombe en Inde en pleine saison de la mousson qui contribue d’ordinaire chaque année à 80% des précipitations annuelles dans le pays.

– PUBLICITE –

Cette année, la mousson a provoqué des inondations mortelles dans certaines parties du nord du pays mais a été, dans l’ensemble, porteuse de pluies bien moins importantes, contribuant au record de températures dans le pays.

Selon les données de l’IMD, les précipitations moyennes en août sont tombées à 161,7 millimètres, soit 30,1 de moins que le niveau précédent plus bas enregistré en 2005. 

Les pluies estivales sont vitales pour la sécurité alimentaire en Inde où des millions d’agriculteurs comptent sur la mousson pour assurer la viabilité de leurs récoltes.

Le Japon a également connu entre juin et août les températures moyennes les plus chaudes jamais recensées dans l’archipel depuis la mise en place de statistiques comparables en 1898, a annoncé vendredi l’agence météorologique du pays.

L’hiver australien le plus chaud

« L’anomalie moyenne de température au Japon, basée sur des observations à 15 emplacements différents, était de +1,76°C, dépassant largement celle de 2010 (+1,08°C), qui était la plus élevée jamais enregistrée » depuis que des statistiques ont commencé à être enregistrées en 1898, a ajouté l’agence.

« Par rapport aux années où les températures moyennes estivales ont été particulièrement élevées (2010, 2013, 2018 et 2022), le nombre de journées extrêmement chaudes a augmenté de manière significative à partir de la fin juillet, devenant le plus élevé depuis 2010 », souligne le communiqué.

Le Japon avait déjà recensé en juillet ses températures moyennes les plus élevées jamais enregistrées. Plus de 35.700 personnes ont été hospitalisées et 39 sont mortes de coups de chaleur en juillet dans le pays, selon les données de l’Agence nippone de gestion des incendies et des catastrophes.

Le Japon a la population la plus âgée au monde après Monaco: 30% de sa population est âgée de 65 ans et plus. Et sur les cinq dernières années, plus de 80% des décès dans le pays dus à des coups de chaleur concernaient des personnes âgées.

Enfin, l’hiver australien a été le plus chaud jamais enregistré, selon le Bureau de météorologie du pays. Simon Grainger, climatologue principal, a déclaré à l’AFP que la température hivernale moyenne en Australie était de 16,75 degrés Celsius de juin à août, soit un cheveu au-dessus du précédent record établi en 1996.

Des chercheurs australiens ont averti à plusieurs reprises que le changement climatique amplifiait le risque de catastrophes naturelles telles que les feux de brousse, les inondations et les cyclones. 

Ces records de température s’ajoutent à ceux observées dans de nombreux autres pays cet été et alors que le mois de juillet a été le plus chaud jamais enregistré sur Terre, selon le service européen Copernicus.

Ils sont rapportés au moment où le super typhon Saola approche des côtes chinoises. Il pourrait être « le plus puissant » à toucher terre dans la région de Hong Kong depuis plus de 70 ans, menaçant les dizaines de millions d’habitants des mégapoles de Hong Kong et de Shenzhen.

Selon les experts, le changement climatique a augmenté l’intensité des tempêtes tropicales, avec plus de pluie et des rafales plus fortes entraînant des inondations soudaines et des dommages côtiers.

Dernières news