dimanche 15 septembre 2019
A VOIR

|

La police a abattu l’auteur présumé de l’attentat de Barcelone

Publié le

Publié le 20/08/2017 à 6:18 - Mise à jour le 20/08/2017 à 6:18
Lecture 3 minutes

Le Marocain de 22 ans a été tué à Subirats, à 50 km à l’ouest de Barcelone lors d’une opération de police qui avait commencé peu après 16h00 (14h00 GMT).
Les Mossos d’Esquadra, la police catalane, ont annoncé à 18h20 (16h20 GMT) avoir identifié le mort comme Younès Abouyaaqoub, mais ils continuaient à quadriller la zone à la recherche d’éventuels complices.

La police avait barré l’accès à la route qui serpente entre les vignes près de laquelle l’homme semble avoir été abattu, tandis qu’un hélicoptère survolait la zone bouclée par la police, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.
“Ici, il y a pas mal de maisons de travailleurs saisonniers abandonnées, c’est facile de se cacher”, a confié à l’AFP Arnau Gomez, 24 ans, qui habite à un kilomètre de là où l’homme a été abattu.
Soudain, “on a entendu passer beaucoup de voitures de police, 20 ou 25, toutes sirènes hurlantes”, a expliqué Roser Ventura, employée dans une cave à vin à environ 500 mètres de l’endroit où Abouyaaqoub avait été repéré.

L’homme recherché par toutes les polices d’Europe pour avoir semé la terreur sur l’avenue des Ramblas à Barcelone, tuant 13 passants, avant de poignarder un automobiliste à qui il a dérobé une voiture dans sa cavale, portait ce qui “semble être une ceinture d’explosifs”, avait expliqué la police catalane sur son compte Twitter.
La ceinture a été retirée par les démineurs qui n’ont pas, à ce stade, confirmé si elle était factice.

Younès Abouyaaqoub “est dangereux et pourrait être armé”, avait prévenu plus tôt la police catalane, qui a diffusé sur les réseaux sociaux quatre photos du Marocain de 22 ans d’environ 1,80 m et qui pourrait porter “une barbe de trois ou quatre jours”.
L’avis de recherche a été diffusé à l’étranger, a indiqué le responsable des affaires intérieures catalan, Joaquim Forn.

Le bilan des attentats à la voiture-bélier commis jeudi à Barcelone, puis, dans la nuit à Cambrils, a été revu à la hausse lundi pour y inclure l’ingénieur qui aurait été tué d’un coup de couteau par Younès Abouyaaqoub. L’homme avait été retrouvé mort sur le siège arrière de son véhicule, que l’assaillant avait au préalable dérobé.
Après avoir abandonné la camionnette sur la Rambla, il s’enfuit à pied. Après un parcours de quelque six kilomètres, il arrive à un parking où il aborde un conducteur. 
“Il le poignarde, le place sur le siège arrière et tente de sortir de Barcelone”, a raconté le chef de la police catalane, le major Josep Lluis Trapero.

La ville est bouclée, Abouyaaqoub tombe sur un contrôle de police et accélère, renversant un agent. Les policiers tirent sur la voiture, qu’ils retrouveront plus tard abandonnée. Dans un premier temps, ils ont cru que le cadavre était celui du conducteur, touché par une balle, a expliqué le major Trapero.
Ce dernier n’a toujours pas confirmé la mort de l’imam Abdelbaki Es Satty, un des derniers membres de la cellule terroriste. 
Ce Marocain âgé d’une quarantaine d’années, qui a fait de la prison pour trafic de drogue de 2010 à 2014 et a séjourné dans la commune de Machelen, près de Bruxelles “entre janvier et mars 2016”, a disparu depuis mardi. 
L’homme pourrait avoir péri dans l’explosion d’Alcanar, la planque des jihadistes à 200 km au sud-ouest de Barcelone, où la police a retrouvé des restes humains encore non identifiés.
Es Satty vivait, comme d’autres assaillants, à Ripoll, petite ville au pied des Pyrénées, où la police a mené lundi matin de nouvelles perquisitions, selon M. Forn.

L’identification des victimes est terminée, a par ailleurs annoncé le responsable des affaires de Justice de Catalogne, Carles Mundó.
Il s’agit de six Espagnols dont une femme avec la double nationalité argentine et un enfant, de trois Italiens, un Canadien, une Belge, deux Portugaises, un(e) Américain(e), et un autralo-britannique de sept ans. 

Huit personnes étaient encore entre la vie et la mort lundi, et 12 blessés dans un état grave.
Le bilan aurait pu être encore plus lourd puisque les conspirateurs s’apprêtaient à commettre “un ou plusieurs attentats” de “manière imminente”, selon le major Trapero. Un raté a entraîné la déflagration qui a détruit à Alcanar la maison où ils préparaient des explosifs depuis environ six mois.

Une manifestation de la communauté musulmane contre le terrorisme était prévue lundi soir à Barcelone alors que des graffiti hostiles ont été découverts sur quelques mosquées en Espagne

AFP

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Puunui : trop de maisons, pas assez d’eau

Sur les hauteurs de Puunui, la pression de l’eau ne cesse de diminuer. En plus de la sécheresse, depuis 18 ans, le nombre d’habitations implantées sur ce domaine agricole, a explosé.

Un dernier hommage au brigadier Loïc Ly Sao

Vive émotion ce matin au commissariat de Papeete. L’ensemble du personnel de la DSP s’est réuni pour un dernier au-revoir à Loïc Ly Sao, leur collègue décédé dans un accident de VTT, dimanche dernier au Pic Vert.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV