mardi 26 mai 2020
A VOIR

|

La Nouvelle-Zélande ordonne à son tour un confinement général

Publié le

Les Néo-Zélandais vont à leur tour devoir se confiner, et ce pendant quatre semaines à compter de mercredi, afin de contenir la propagation du Covid-19, a annoncé lundi la Première ministre Jacinda Ardern.

Publié le 23/03/2020 à 11:13 - Mise à jour le 23/03/2020 à 12:06
Lecture 2 minutes

Les Néo-Zélandais vont à leur tour devoir se confiner, et ce pendant quatre semaines à compter de mercredi, afin de contenir la propagation du Covid-19, a annoncé lundi la Première ministre Jacinda Ardern.

La dirigeante travailliste a expliqué que l’archipel de cinq millions d’habitants demeurait encore relativement épargné par le nouveau coronavirus, avec 102 cas répertoriés et aucun décès.

Mais elle a observé que les dernières données montraient que la maladie avait commencé à se transmettre dans le pays, et que les cas n’étaient plus uniquement des cas importés.

D’où la nécessité de mesures radicales, selon Mme Ardern, qui a expliqué que le nombre de malades risquait sinon de doubler tous les cinq jours.

« Si nous ne le contrôlons pas, notre système de santé va être submergé et des dizaines de milliers de Néo-Zélandais vont mourir », a dit la Première ministre aux journalistes.

« Le scénario du pire est simplement intolérable », a-t-elle poursuivi. « Cela représenterait le bilan le plus grave de l’histoire néo-zélandaise et je ne prendrai pas ce risque. »

Un confinement de 4 semaines

La Nouvelle-Zélande passera mercredi au niveau 4 de l’alerte sanitaire, le plus élevé. Cela signifie qu’écoles et commerces non essentiels devront fermer leurs portes et que les Néo-Zélandais devront rester chez eux pendant quatre semaines.

Cette mesure donnera au gouvernement de plus amples pouvoirs pour ordonner des rationnements ou réquisitionner des bâtiments. L’armée sera appelée à la rescousse pour vérifier au respect du confinement.

De son côté, la banque centrale a annoncé lundi un plan d’achat d’obligations de 30 milliards de dollars néo-zélandais (15,7 milliards d’euros).

La semaine précédente, la Reserve Bank of New Zealand (RBNZ) avait déjà réduit son principal taux directeur à 0,25%, un plus bas historique, tandis que le gouvernement avait annoncé une enveloppe de 12,1 milliards de dollars néo-zélandais pour soutenir l’économie.

« Les conséquences économiques négatives de l’épidémie de coronavirus ont continué de s’aggraver », a justifié la banque dans un communiqué.

Le comité de politique monétaire « est convenu que d’autres mesures incitatives étaient nécessaires pour atteindre les objectifs sur le front de l’inflation et de l’emploi ».

L’économie de l’archipel du Pacifique Sud est très dépendante du tourisme et des exportations de produits agricoles. Le plan annoncé lundi correspond à près de 10% du PIB néo-zélandais.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raiatea : des CAES apprennent à faire un faa’apu

Dans la commune de Uturoa, une quarantaine de personnes recrutées dans le cadre de la Convention d’Aide Exceptionnelle de Solidarité (CAES) se sont engagées pour une durée de trois mois, à apprendre les rudiments du métier d’agriculteur. L’objectif de ce projet est d’apporter à chacun l’expérience nécessaire pour devenir autonome et pourquoi pas, susciter des vocations...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV