vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

La Nouvelle-Zélande exclut presque tous les étrangers de son marché immobilier résidentiel

Publié le

Publié le 15/08/2018 à 11:25 - Mise à jour le 15/08/2018 à 11:25
Lecture 2 minutes

La loi, votée mercredi soir, est la réalisation d’une promesse de campagne de la Première ministre travailliste Jacinda Ardern, qui s’était engagée avant son élection l’année dernière à rendre l’immobilier plus abordable pour ses concitoyens. « C’est une étape très importante qui prouve la détermination de ce gouvernement à permettre que davantage de Néo-Zélandais puissent réaliser leur rêve de l’accès à la propriété », a déclaré le ministre du Développement économique David Parker.

Il a ajouté que cette réforme visait à « assurer que le marché pour nos maisons soit fixé en Nouvelle-Zélande et pas par les marchés internationaux ».  Dans un rapport, le gouvernement avait indiqué il y a quelques mois que l’immobilier résidentiel avait augmenté de 30% en cinq ans, une hausse deux fois supérieure à la croissance des salaires, et même quatre fois plus forte à Auckland. En conséquence, le taux de propriétaires est au plus bas depuis 60 ans.

> Un appétit immobilier grandissant 

Le gouvernement de centre-gauche de Jacinda Ardern a toujours imputé cette situation à l’appétit immobilier grandissant d’investisseurs étrangers au pouvoir d’achat supérieur à celui des Néo-Zélandais.

Il avait même identifié les investisseurs chinois comme étant les principaux responsables de la flambée des prix à Auckland. La nouvelle législation aura pour conséquence d’interdire aux investisseurs vivant à l’étranger, notamment en Chine, d’acheter des résidences en Nouvelle-Zélande.

En vertu d’un accord de libre-échange unissant leurs pays, les Australiens, qui constituent la deuxième population d’investisseurs étrangers, pourront continuer à acheter en Nouvelle-Zélande, de même que les habitants de Singapour.

AFP

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu