mercredi 21 octobre 2020
A VOIR

|

La Nouvelle-Zélande a « de nouveau battu le virus », selon sa Première ministre

Publié le

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé lundi la levée des restrictions ordonnées à Auckland pour contrer la seconde vague épidémique, affirmant que son pays avait "de nouveau battu le virus".

Publié le 04/10/2020 à 17:44 - Mise à jour le 04/10/2020 à 17:44
Lecture 2 minutes

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé lundi la levée des restrictions ordonnées à Auckland pour contrer la seconde vague épidémique, affirmant que son pays avait "de nouveau battu le virus".

La première vague de coronavirus avait vraisemblablement été complètement endiguée fin mai à la faveur d’un strict confinement national. Et l’archipel a enregistré dans la foulée une remarquable série de 102 jours sans contamination locale.

Mais un nouveau foyer épidémique a été découvert en août dans la plus grande ville du pays, ce qui a poussé les autorités à ordonner pour le million et demi d’habitants d’Auckland un nouveau confinement qui a duré trois semaines, jusque début septembre.

Aucun nouveau cas n’ayant été confirmé dans la grande ville de l’Île du Nord depuis 12 jours, Mme Ardern a affirmé que l’épidémie était désormais sous contrôle et salué les habitants qui ont dû endurer un nouveau confinement. « Les habitants d’Auckland et les Néo-Zélandais s’en sont tenus à un plan qui a désormais fonctionné deux fois. Et ils ont de nouveau battu le virus », s’est félicitée la dirigeante travailliste. 

Un succès qui tombe pour elle à point, puisque que les électeurs sont appelés à renouveler le Parlement le 17 octobre. Elle est donnée largement favorite pour rester à la tête du gouvernement.

Mme Ardern a ajouté qu’à compter de mercredi soir, Auckland serait ramené au niveau 1 de l’alerte sanitaire, qui est celui en vigueur pour le reste du pays.

Cela fait qu’il n’y a plus aucune restriction en matière de rassemblement public. 

Une des conséquences notables est que le deuxième test-match de rugby entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie, comptant pour la Bledisloe Cup -compétition annuelle entre les All Blacks et les Wallabies- pourra se tenir le 18 octobre à l’Eden Park d’Auckland devant un stade comble.

« C’est une nouvelle positive », s’est félicitée dans un communiqué la fédération New Zealand Rugby. Le premier test-match se déroulera dimanche à Wellington.

L’archipel du Pacifique Sud, qui compte cinq millions d’habitants, n’a enregistré que 25 décès dûs au Covid-19 et moins de 1 900 cas. On dénombrait encore lundi 40 cas actifs de coronavirus.

Mais Mme Ardern a aussi affirmé qu’il ne fallait pas s’endormir sur ses lauriers, en déplorant une moindre utilisation de l’application officielle de traçage du Covid-19, et une baisse du nombre de tests. « Un retour du virus n’est pas la seule chose qui nous inquiète, il y a aussi un retour de la complaisance », a tonné Mme Ardern.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV