jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

La faim dans le monde s’aggrave, sombres perspectives en 2020

Publié le

Près d'un humain sur neuf souffrait de sous-alimentation chronique en 2019, une proportion appelée à s'aggraver en raison de la pandémie de Covid-19, selon un rapport annuel de l'ONU publié lundi.

Publié le 13/07/2020 à 9:27 - Mise à jour le 13/07/2020 à 9:27
Lecture 3 minutes

Près d'un humain sur neuf souffrait de sous-alimentation chronique en 2019, une proportion appelée à s'aggraver en raison de la pandémie de Covid-19, selon un rapport annuel de l'ONU publié lundi.

D’après les dernières estimations, la faim touchait l’an dernier environ 690 millions de personnes, 8,9% de la population mondiale, peut-on lire dans un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), rédigé avec le concours du Fonds international pour le développement de l’agriculture, de l’Unicef, du Programme alimentaire mondial et de l’Organisation mondiale de la santé.

Soit 10 millions de personnes de plus qu’en 2018 et 60 millions de plus qu’en 2014.

« Si la tendance se poursuit, on estime que d’ici à 2030, ce nombre dépassera les 840 millions de personnes. Ça signifie clairement que l’objectif (d’éradiquer la faim d’ici à 2030, établi par l’ONU en 2015, NDLR) n’est pas en voie d’être atteint », a déclaré à l’AFP Thibault Meilland, analyste des politiques au sein de la FAO.

Et c’était sans compter le choc sanitaire et économique causé par la pandémie de Covid-19, qui cause des pertes de revenus en cascade, renchérit les aliments, perturbe les chaînes d’approvisionnement…

Selon le rapport, la récession mondiale due au nouveau coronavirus risque de pousser vers la faim entre 83 et 132 millions de personnes supplémentaires.

« Ce sont des hypothèses encore relativement prudentes, la situation est en pleine évolution », relève M. Meilland.

L’estimation de la sous-alimentation dans le monde est largement inférieure à celle des précédentes éditions : le rapport de l’an dernier évoquait plus de 820 millions de personnes souffrant de la faim. Mais les chiffres ne peuvent être comparés : l’intégration de données nouvellement accessibles – en particulier issues d’enquêtes réalisées par la Chine auprès des ménages du pays – a entraîné la révision de l’ensemble des estimations depuis 2000.

« Ce n’est pas une baisse (du nombre de personnes souffrant de sous-alimentation), c’est une révision. Tout a été recalculé sur la base de ces nouveaux chiffres », insiste M. Meilland.

« Comme la Chine représente un cinquième de la population mondiale, cette mise à jour a des conséquences importantes sur les chiffres globaux », pointe l’analyste de la FAO.

« Même si le chiffre global est inférieur », le constat d’une augmentation de la sous-alimentation depuis 2014 « se confirme », ajoute-t-il.

Le coût de la malnutrition

Parmi les points d’amélioration, la prévalence du retard de croissance chez les enfants de cinq ans a reculé d’un tiers entre 2000 et 2019, avec aujourd’hui environ 21% des enfants affectés à l’échelle mondiale. Plus de 90% d’entre eux vivent en Asie ou en Afrique.

Au-delà de la sous-nutrition, le rapport souligne qu’un nombre croissant de personnes « ont dû réduire la quantité et la qualité de la nourriture qu’elles consomment ».

Deux milliards de personnes souffrent ainsi d' »insécurité alimentaire », c’est-à-dire qu’elles n’ont pas régulièrement accès à des aliments nutritifs en qualité et en quantité suffisantes, est-il indiqué.

Elles sont encore davantage (3 milliards) à ne pas avoir les moyens de s’offrir une alimentation considérée comme équilibrée, avec notamment des apports suffisants en fruits et légumes.

« En moyenne, un régime alimentaire sain coûte cinq fois plus cher qu’un régime qui ne répond qu’aux besoins énergétiques avec des féculents de base », rapporte M. Meilland.

Corolaire : l’obésité progresse tant chez les adultes que chez les enfants.

Les agences spécialisées de l’ONU estiment que si les modes de consommation alimentaire n’évoluent pas, leur impact en frais de santé directs et en perte de productivité économique devrait atteindre les 1 300 milliards de dollars (environ 136,7 billions de Fcfp) par an d’ici à 2030.

Dans des communiqués séparés, plusieurs ONG ont réagi en pressant les autorités de revoir le système alimentaire mondial.

« Si l’on produit à ce jour suffisamment pour nourrir 9 milliards d’individus, cette alimentation est de moins en moins diversifiée, de moins en moins saine, et de moins en moins accessible pour les plus démunis », déplore le CCFD-Terre solidaire. 

« Des milliards de personnes paient le prix de l’échec des politiques menées depuis des décennies », juge de son côté Hélène Botreau, chargée de plaidoyer à Oxfam France.

Pour le président d’Action contre la faim France, Pierre Micheletti, « il devient impératif de transformer nos systèmes alimentaires pour les rendre durables, résilients et justes, et en finir avec la faim ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

80 tonnes de nono pesées à Raiatea

À Raiatea, la production de nono ne faiblit pas. Pour sa quatrième pesée depuis la fin du confinement, la récolte du mois s’élève à près de 80 tonnes. Une ressource agricole qui bénéficie à plusieurs centaines d’habitants...

Moorea Express : une course éco-citoyenne le 1er août

Le mouvement Citoyen pour le Climat Tahiti en partenariat avec les associations J'aime mon fenua et SOS, récidive sa course éco-responsable à la façon "Pékin Express" sur l'île sœur ce samedi 1er août.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV