samedi 27 février 2021
A VOIR

|

La Chine et le Vanuatu démentent tout projet de base militaire

Publié le

Publié le 09/04/2018 à 10:00 - Mise à jour le 15/06/2019 à 3:15
Lecture 2 minutes

Le Sydney Morning Herald a rapporté lundi que Pékin était en contact avec l’archipel océanien pour négocier la création d’une base militaire qui pourrait bouleverser l’équilibre géostratégique dans la zone.

Les deux puissances régionales, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, n’ont pas confirmé mardi cette information, tout en se disant confiantes quant à la solidité de leurs relations avec le Vanuatu.

Le Herald, qui cite plusieurs sources, rapporte que Pékin affirmerait progressivement ses ambitions militaires dans la région, en visant potentiellement dans un premier temps un accord avec le Vanuatu pour permettre à ses navires de s’y ravitailler régulièrement.

Cette entente pourrait ensuite être approfondie, avance le quotidien de Sydney qui ajoute que les renseignements américains, australiens et néo-zélandais s’inquiètent de plus en plus des ambitions chinoises dans la zone.

Mais le ministre des Affaires étrangères du Vanuatu, Ralph Regenvanu, a vivement démenti les informations du Sydney Morning Herald.

« Personne au Vanuatu n’a jamais parlé d’une base militaire chinoise au Vanuatu », a-t-il dit à la radio ABC.

« Nous sommes un pays non-aligné. Nous ne sommes pas intéressés par une militarisation. Nous ne sommes pas intéressés par une base militaire sur notre sol. »

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a également démenti mardi tout projet de base militaire. « C’est une fausse information », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse régulière.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, qui était le week-end dernier au Vanuatu avec le Prince Charles, s’est dite confiante quant à la solidité de la relation entre Port Vila et Canberra.

« Je ne suis pas au courant d’une proposition militaire faite par la Chine au Vanuatu », a-t-elle dit.

Si la Chine affirme ses ambitions économiques dans de nombreuses régions du monde, elle n’a à l’heure actuelle qu’une base militaire à l’étranger, à Djibouti.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a dit ne pas être en mesure de commenter les informations du Sydney Morning Herald.

« Mais ce que je peux dire est que nous continuons à suivre les activités dans le Pacifique et que la Nouvelle-Zélande est opposée à la militarisation du Pacifique », a-t-elle dit.

Le Lowy Institute, basé en Australie, estime que la Chine a apporté une aide de 1,78 milliard de dollars (1,44 milliard d’euros), notamment par des prêts, aux nations du Pacifique entre 2006 et 2016.

AFP

infos coronavirus