A VOIR

|

La Chine appelle l’Australie à “reconstruire la confiance mutuelle”

Publié le

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a appelé mardi lors d’un entretien téléphonique avec son homologue australienne à "reconstruire la confiance mutuelle", un nouveau signe d’apaisement après des années de tensions bilatérales.

Publié le 08/11/2022 à 9:52 - Mise à jour le 08/11/2022 à 9:52
Lecture 2 minutes

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a appelé mardi lors d’un entretien téléphonique avec son homologue australienne à "reconstruire la confiance mutuelle", un nouveau signe d’apaisement après des années de tensions bilatérales.

L’Australie et la Chine, dont les relations étaient déjà tendues avant la pandémie de Covid-19, n’ont eu pratiquement aucun contact public à haut niveau depuis le début de l’épidémie.

En 2020, Canberra avait demandé publiquement une enquête indépendante sur l’apparition du coronavirus, une demande considérée par Pékin comme hostile et téléguidée par Washington.

La Chine, le plus gros partenaire commercial de l’Australie, avait riposté par des mesures de rétorsion visant plus d’une dizaine de produits australiens, dont le charbon, le vin et l’orge. Mais Wang Yi a rencontré deux fois cette année la ministre australienne des Affaires étrangères, Penny Wong. Un rapprochement depuis l’arrivée au pouvoir, en mai, du nouveau gouvernement australien de centre-gauche dirigé par Anthony Albanese. “La détente et l’amélioration des relations sino-australiennes sont conformes aux intérêts fondamentaux des deux parties”, a déclaré mardi Wang Yi, selon un communiqué de son ministère.

Les deux pays doivent s’atteler à “reconstruire la confiance mutuelle” et à “répondre à leurs préoccupations légitimes ainsi qu’apporter conjointement des contributions positives à la résolution des défis mondiaux”, a souligné M. Wang.

Le président chinois Xi Jinping pourrait rencontrer Anthony Albanese en marge du sommet du G20 qui se tiendra la semaine prochaine à Bali en Indonésie, estiment des analystes. Xi pourrait également avoir à cette occasion son premier entretien en tête-à-tête avec son homologue américain Joe Biden, sur fond de relations tendues entre les deux superpuissances sur toute une série de dossiers.

La Chine demeure toutefois au coeur du débat public australien. Le personnel politique affiche régulièrement ses craintes en matière de sécurité nationale face à Pékin, mais aussi vis-à-vis de l’influence chinoise croissante dans les pays insulaires du Pacifique.

En juin, Canberra a déclaré qu’un avion de surveillance australien avait été intercepté de façon dangereuse par un avion militaire chinois au-dessus de la mer de Chine méridionale.

La diplomatie chinoise a également vivement critiqué l’accord signé cette année par l’Australie avec les États-Unis et le Royaume-Uni sur la livraison à Canberra de sous-marins à propulsion nucléaire. Pékin y voit une menace pour sa sécurité mais aussi un risque de prolifération nucléaire.