samedi 19 octobre 2019
A VOIR

|

Japon : le nouveau ministre de l’Environnement veut se “débarrasser” du nucléaire

Publié le

Le tout nouveau ministre japonais de l'Environnement a dit vouloir "débarrasser" le pays de ses centrales nucléaires, mettant en garde contre le risque d'un nouvel accident du type de celui de Fukushima en raison du risque sismique très élevé au Japon.

Publié le 12/09/2019 à 11:33 - Mise à jour le 12/09/2019 à 12:22
Lecture 2 minutes

Le tout nouveau ministre japonais de l'Environnement a dit vouloir "débarrasser" le pays de ses centrales nucléaires, mettant en garde contre le risque d'un nouvel accident du type de celui de Fukushima en raison du risque sismique très élevé au Japon.


Ces propos sont les premiers tenus sur ce sujet délicat par Shinjiro Koizumi, étoile montante de la politique nippone et fils de l’ex-Premier ministre Junichiro Koizumi, depuis sa nomination mercredi lors d’un remaniement du gouvernement. “Je voudrais réfléchir à la façon dont nous pourrions nous en débarrasser et non pas à la manière de les maintenir”, a-t-il déclaré à la presse tard mercredi soir, semblant se faire l’écho de la position anti-nucléaire de son père. “Nous serons finis si nous laissons (un accident nucléaire, NDLR) se produire une seconde fois dans le même pays. Il nous est impossible de savoir quand nous allons subir un tremblement de terre”.

Toutefois, ces propos ne devraient pas changer dans l’immédiat la politique déjà affichée par le Japon, qui prévoit de réduire progressivement sa dépendance à l’énergie nucléaire, un objectif rendu compliqué par la forte dépendance actuelle de l’archipel envers le charbon.

Coqueluche des médias japonais, Shinjiro Koizumi, 38 ans, est le troisième plus jeune ministre nommé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Son père est connu pour avoir changé radicalement sa position sur le nucléaire depuis qu’il a quitté la politique, pour s’y opposer vivement.

Le gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe dit vouloir à terme s’éloigner de l’usage de cette énergie, mais prévoit néanmoins d’y avoir largement recours sur les années à venir, en particulier pour respecter ses obligations de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat signé en 2015.

Ses projets les plus récents envisagent de porter la part du nucléaire à 20-22% du mix énergétique du pays d’ici à 2030, contre 30% avant la catastrophe de Fukushima.

Mais le Japon peine à redémarrer ses réacteurs, qui avaient tous été mis à l’arrêt après ce désastre atomique, provoqué par le gigantesque tsunami du 11 mars 2011 qui a dévasté la côte nord-est du pays. Les normes nationales de sûreté nucléaire ont ensuite été nettement durcies, et moins de 10 réacteurs ont repris du service.

SourceAFP

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Vaimua Muliava : “Le numérique, c’est la nouvelle pirogue...

Vaimua Muliava, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie est actuellement en visite au fenua dans le cadre du Digital festival Tahiti qui se tient à la Présidence depuis le 16 octobre et qui se termine ce samed

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X