vendredi 3 juillet 2020
A VOIR

|

Japon : le nouveau ministre de l’Environnement veut se « débarrasser » du nucléaire

Publié le

Le tout nouveau ministre japonais de l'Environnement a dit vouloir "débarrasser" le pays de ses centrales nucléaires, mettant en garde contre le risque d'un nouvel accident du type de celui de Fukushima en raison du risque sismique très élevé au Japon.

Publié le 12/09/2019 à 11:33 - Mise à jour le 12/09/2019 à 12:22
Lecture 2 minutes

Le tout nouveau ministre japonais de l'Environnement a dit vouloir "débarrasser" le pays de ses centrales nucléaires, mettant en garde contre le risque d'un nouvel accident du type de celui de Fukushima en raison du risque sismique très élevé au Japon.


Ces propos sont les premiers tenus sur ce sujet délicat par Shinjiro Koizumi, étoile montante de la politique nippone et fils de l’ex-Premier ministre Junichiro Koizumi, depuis sa nomination mercredi lors d’un remaniement du gouvernement. « Je voudrais réfléchir à la façon dont nous pourrions nous en débarrasser et non pas à la manière de les maintenir », a-t-il déclaré à la presse tard mercredi soir, semblant se faire l’écho de la position anti-nucléaire de son père. « Nous serons finis si nous laissons (un accident nucléaire, NDLR) se produire une seconde fois dans le même pays. Il nous est impossible de savoir quand nous allons subir un tremblement de terre ».

Toutefois, ces propos ne devraient pas changer dans l’immédiat la politique déjà affichée par le Japon, qui prévoit de réduire progressivement sa dépendance à l’énergie nucléaire, un objectif rendu compliqué par la forte dépendance actuelle de l’archipel envers le charbon.

Coqueluche des médias japonais, Shinjiro Koizumi, 38 ans, est le troisième plus jeune ministre nommé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Son père est connu pour avoir changé radicalement sa position sur le nucléaire depuis qu’il a quitté la politique, pour s’y opposer vivement.

Le gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe dit vouloir à terme s’éloigner de l’usage de cette énergie, mais prévoit néanmoins d’y avoir largement recours sur les années à venir, en particulier pour respecter ses obligations de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat signé en 2015.

Ses projets les plus récents envisagent de porter la part du nucléaire à 20-22% du mix énergétique du pays d’ici à 2030, contre 30% avant la catastrophe de Fukushima.

Mais le Japon peine à redémarrer ses réacteurs, qui avaient tous été mis à l’arrêt après ce désastre atomique, provoqué par le gigantesque tsunami du 11 mars 2011 qui a dévasté la côte nord-est du pays. Les normes nationales de sûreté nucléaire ont ensuite été nettement durcies, et moins de 10 réacteurs ont repris du service.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Municipales 2020 : bilan mitigé du Tapura Huiraatira

Pas de vague rouge pour ce second tour des municipales. Sur les 26 communes qui étaient encore en course, près d’une dizaine telles que Paea, Arue ou encore Moorea, sont sorties du giron du Tapura Huiraatira. Vote sanction contre le gouvernement ou résultat d’un travail de terrain acharné pendant la campagne ? Éléments de réponse.

Le lycée agricole des Marquises ouvre à la rentrée

Samedi matin, le président Edouard Fritch, en compagnie de son gouvernement et de l’administrateur d’État des Marquises, a procédé à la cérémonie de baptême du nouveau lycée agricole catholique des Marquises qui répondra au nom de Saint-Athanase. La cérémonie a été présidée par monseigneur Pascal, évêque de l’archipel.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV