vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

Instagram veut empêcher les moins de 13 ans de s’inscrire

Publié le

Instagram va désormais demander aux utilisateurs d'indiquer leur âge quand ils créent un compte, afin d'empêcher les enfants de moins de 13 ans de venir sur l'application de photos et vidéos de Facebook, d'après un communiqué publié mercredi.

Publié le 05/12/2019 à 8:40 - Mise à jour le 05/12/2019 à 10:42
Lecture 2 minutes

Instagram va désormais demander aux utilisateurs d'indiquer leur âge quand ils créent un compte, afin d'empêcher les enfants de moins de 13 ans de venir sur l'application de photos et vidéos de Facebook, d'après un communiqué publié mercredi.

Cette information « va nous aider à assurer la sécurité des jeunes utilisateurs et à faciliter une expérience plus appropriée en termes d’âge », a déclaré la filiale californienne.

L’application s’aligne ainsi sur Facebook, Snapchat et TikTok, qui requièrent aussi la date d’anniversaire lors d’une nouvelle inscription.

Mais Instagram ne mentionne pas les enfants qui se trouvent déjà potentiellement parmi les centaines de millions de membres du réseau. Elle n’évoque pas non plus de processus de vérification de l’âge ou de l’identité, comme il en existe sur d’autres applications sensibles. Il reste donc a priori possible d’entrer une fausse date de naissance.

La date de naissance n’apparaîtra pas sur le profil. Si un utilisateur a lié ses comptes Facebook et Instagram, la date donnée au géant des réseaux sociaux sera automatiquement communiquée à la plateforme. Instagram a prévu de se servir de cette donnée supplémentaire pour « personnaliser l’expérience », avec des programmes éducatifs à destination des jeunes sur les paramètres de protection de la vie privée.

L’application renforce en outre la confidentialité des messages, en permettant aux utilisateurs de choisir qui peut les ajouter à des groupes de discussion (n’importe qui ou seulement les contacts qu’ils ont ajoutés à leur liste de personnes suivies).

Les réseaux plébiscités par les jeunes, comme Snapchat, TikTok, YouTube ou Instagram, se voient régulièrement reprocher de ne pas suffisamment protéger les enfants des prédateurs en ligne, ou, plus généralement, des risques psychologiques liés à la fréquentation de ces plateformes (comparaison aux autres, harcèlement…).

Instagram a ainsi récemment durci sa réglementation pour lutter contre la circulation de contenus susceptibles d’encourager le suicide ou l’automutilation.  L’appli a interdit les photos, puis les dessins et illustrations sur le sujet après qu’un père l’eut accusé d’avoir une responsabilité dans le suicide de sa fille de 14 ans. L’adolescente avait, selon lui, consulté beaucoup de contenus sur ce sujet.

Depuis quelques mois, dans plusieurs pays, Instagram teste aussi les « likes » privés: le réseau masque le nombre de « likes » (approbations) recueillis par les contenus postés par les utilisateurs, afin de diminuer la pression sociale.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV